Gaétan Barrette

Bras de fer entre le CIUSSS et Barrette

Un premier véritable bras de fer risque de s'engager entre le conseil d'administration du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, avec en toile de fond la fin du service de chirurgie pour les cas de cancer de l'oesophage au département de chirurgie thoracique de l'hôpital de Chicoutimi.
« Les membres du conseil d'administration souhaitent le maintien des chirurgies du cancer de l'oesophage au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean », précise un communiqué émis mercredi par la direction de l'hôpital. Il s'agit d'une déclaration de la présidente du conseil d'administration France Guay qui supporte d'une certaine façon les revendications des équipes médicales.
« Nous avons écrit ce matin au ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, a-t-elle ajouté, pour lui signifier que nous n'acceptons pas la décision du Ministère de transférer à Québec les patients nécessitant une chirurgie du cancer de l'oesophage », écrit la présidente du conseil. 
La présidente du conseil d'administration entend solliciter une rencontre avec le ministre Gaétan Barrette. Elle compte profiter de cet entretien pour lui expliquer les incompréhensions et les préoccupations des membres du conseil face à cette décision unilatérale des hauts fonctionnaires du ministère.
Il serait surprenant que cette démarche parvienne à ébranler le ministre Gaétan Barrette. Depuis l'annonce de cette décision, ce dernier a endossé sans aucune réserve la décision des fonctionnaires visant à centraliser à Québec les interventions chirurgicales prescrites pour traiter le cancer de l'oesophage. Le ministre fait siennes les raisons de son ministère qui considère qu'il est préférable de concentrer ces interventions sur un seul site afin de maintenir et d'améliorer l'expertise des équipes dédiées à ces pathologies.
Le point de presse tenu à l'hôpital de Chicoutimi par des médecins spécialistes (chirurgie thoracique, oncologie, radio-oncologie et gastroentérologie), n'a pas convaincu le ministre Gaétan Barrette de renverser la décision de ses hauts fonctionnaires. Les médecins spécialistes de Chicoutimi ont également eu recours à des études scientifiques démontrant que le volume de travail n'était pas nécessairement corollaire d'un plus grand succès dans le traitement de cette pathologie en chirurgie.
Gaétan Barrette a répondu aux spécialistes en leur reprochant de vouloir conserver au Saguenay des actes médicaux. Il n'adhère pas aux prétentions des médecins de Chicoutimi concernant le stress additionnel imposé à une personne déjà gravement malade en l'obligeant à se déplacer dans la Capitale-Nationale pour obtenir une chirurgie invasive qui comporte son lot de complications.