Clifford Moar espère que la crise découlant des blocages ferroviaires sera réglée par le dialogue.

Blocage ferroviaire: Moar appelle au dialogue

Le chef de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, Clifford Moar, ne croit pas que la solution aux blocages ferroviaires qui paralysent les voies ferrées à la grandeur du Canada soit une intervention policière ou le déploiement de la force. Clifford Moar espère que les parties impliquées dans cette crise régleront la situation par le dialogue.

« La Première Nation que je représente détient un titre aborigène et des droits ancestraux incontournables. On réalise que l’éclatement des relations entre les gouvernements et les Premières Nations résulte d’un manque de considération et de reconnaissance des gouvernements qui n’ont pas su établir une relation de respect, de nation à nation », a affirmé le chef de Mashteuiatsh, par voie de communiqué.

Selon M. Moar, on trouvera un dénouement à cette crise seulement si on assiste à un « véritable changement d’attitude des gouvernements ».

M. Moar dit suivre avec attention la situation de la nation Wet’suwet’en. Il rappelle d’ailleurs que localement, les élus de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh ressentent le besoin d’exprimer de « diverses façons » leurs préoccupations au sujet de la mobilisation qui a lieu à travers le Canada.