Blackburn songe à un retour en politique

Jean-Pierre Blackburn n'exclut pas un retour en politique fédérale.
L'ancien député conservateur de Jonquière-Alma est de retour au pays, après trois années passées à Paris comme ambassadeur du Canada à l'UNESCO. Mercredi matin, il était l'invité du Cercle de presse du Saguenay, il a abordé différents sujets dont son avenir en politique.
«Depuis des mois, je cherche la réponse. Ce matin encore, avant de venir ici, je ne savais même pas. »
Jean-Pierre Blackburn n'a pas abandonné l'idée de représenter sa région à Ottawa. Emporté par la vague orange de mai 2011, l'ancien titulaire de Développement économique Canada semble avoir digéré sa défaite contre Claude Patry, néo-démocrate devenu bloquiste en cours de mandat.
L'ex-ministre reconnaît avoir été approché par des militants de même que par son ancien confrère Denis Lebel, aujourd'hui le bras droit de Stephen Harper au Québec. Il n'est pas insensible à ces propositions, bien au contraire, mais il refuse néanmoins de se lancer tête première dans cette nouvelle aventure. Il devra d'abord convaincre sa conjointe, a-t-il avoué, puis se convaincre lui-même du bien-fondé d'un retour sous les feux de la rampe.
«Je suis un homme politique ", admet-il toutefois.
La crainte d'un éventuel revers, un troisième après ceux de 1993 et 2011, joue-t-elle dans la balance? Aucunement.
«À mon âge, ça ne serait plus un drame d'être vaincu ", confie-t-il.
S'il se décrit tel un homme politique, Jean-Pierre Blackburn préfère employer la formule " homme d'État " lorsqu'il parle du premier ministre Stephen Harper.
«Pour moi, Stephen Harper a vraiment le profil international d'homme de responsabilités, d'homme capable d'être aux côtés des grands de ce monde. Il a de plus en plus d'ascendant sur la scène internationale et il est respecté. Lorsque je le compare aux autres chefs de partis, j'ai l'impression qu'il est loin devant. »