Jean-Pierre Blackburn aimerait laisser plus de place au privé pour ce qui est de l’organisation de spectacles à Saguenay.

Blackburn s'engage envers le milieu culturel

Après Chicoutimi-Nord mardi, le candidat indépendant à la mairie de Saguenay Jean-Pierre Blackburn a abordé la question de la culture mercredi. Comme il l’a promis pour d’autres secteurs, il entend assurer les budgets des organismes culturels pour trois ans.

« On peut certainement avancer que l’aide aux organismes culturels devra être allouée sur une période de trois ans avec des exercices de reddition de comptes annuels », a-t-il déclaré lors d’un point de presse tenu à son local électoral du boulevard Saguenay, à Chicoutimi.

L’ancien ministre conservateur s’est aussi interrogé sur le rôle de Diffusion Saguenay, une créature de la Ville qui gère une bonne partie de l’offre de spectacles sur le territoire de Saguenay. « La mise en place de Diffusion Saguenay a changé le paysage de la diffusion, mais est-ce pour le meilleur ? Des joueurs privés présentent des spectacles, comme par exemple les productions Robert Hakim et le Bar à Pitons à Chicoutimi. Ils contribuent à l’offre de divertissements de qualité à Saguenay. Le rôle d’une ville est de reconnaître tous ceux qui contribuent à la qualité de vie des citoyens. La ville doit être inclusive et les supporter. Les sommes attribuées aux organismes doivent être réévaluées. Autrement dit, avoir un bon retour sur notre investissement tout en favorisant la participation du secteur privé », a-t-il déclaré.

M. Blackburn a aussi parlé de cinéma, indiquant que « la Ville n’y joue pas bien son rôle ».

« Nos trois commissions scolaires sur le territoire sont sous-estimées dans l’équation d’une meilleure qualité de vie à Saguenay. Il faut revoir les protocoles d’entente avec elles, non seulement pour l’utilisation des plateaux sportifs, mais aussi pour le développement des clientèles et pour l’intégration du monde communautaire aux activités culturelles et artistiques de notre ville », a-t-il conclu.