Le candidat à la mairie de Saguenay Jean-Pierre Blackburn a profité de son passage au Cercle de presse, mercredi, pour bien faire comprendre qu'il n'était pas le « clone » de Jean Tremblay. Il a d'ailleurs annoncé des changements significatifs dans la gouvernance.

Blackburn prend ses distances avec le maire

Le candidat à la mairie Jean-Pierre Blackburn a profité de son passage au Cercle de presse du Saguenay pour faire un virage à 180 degrés par rapport à l'administration Tremblay. Il adopte maintenant comme dénomination « Équipe Jean-Pierre Blackburn » tout en conservant en trame de fond le nom du Parti des citoyens de Saguenay avec le slogan « Bâtissons ensemble ».
Cette prise de distance de la dernière administration n'est pas que cosmétique. Le candidat a annoncé des changements dans la gouvernance de la ville qui concernent le fonctionnement du conseil, l'accès à l'information municipale pour les citoyens et la composition du comité exécutif de la ville même si les pouvoirs de cette instance ne sont pas modifiés.
« Les présidents des conseils d'arrondissement vont assister aux séances du comité exécutif de la ville. Ils n'auront pas le droit de vote. Une semaine ou deux avant la tenue d'une séance du conseil municipal, les conseillers de toutes les formations politiques vont se rencontrer en comité plénier pour discuter des problèmes de la ville et préparer l'ordre du jour dans la prochaine séance régulière du conseil », a expliqué le candidat, insistant sur le fait qu'il entend travailler avec tous les membres du conseil, nonobstant leur parti.
Jean-Pierre Blackburn entend de plus assurer une plus grande transparence dans la gestion des documents publics. Il entend rendre accessible tous les documents qui sont soumis à la loi sans que les journalistes ou citoyens intéressés soient dans l'obligation de déposer des demandes au service du greffe comme c'est le cas en ce moment.
La presse a soulevé des questions en lien avec la gouvernance de Pormotion Saguenay et son rôle à titre d'organisme qui gère des subventions en lieu et place du conseil municipal. Jean-Pierre Blackburn considère que Promotion Saguenay est « un bijou » qu'il entend conserver, tout en apportant certaines modifications à sa mission.
Il identifie d'entrée de jeu la nécessité pour Promotion Saguenay d'en faire plus au chapitre de la prospection industrielle. Quant à la direction de l'organisme, il espère que Ghislain Harvey participera à la transition des dossiers si jamais il souhaite prendre sa retraite et aimerait bien « cloner » le patron de Promotion Saguenay.
En matière d'embauche pour les emplois dans la fonction publique, Jean-Pierre Blackburn adopte une attitude différente du maire Jean Tremblay. Il entend laisser à des comités de sélection le rôle de faire le choix des candidats pour occuper les postes qui se libèrent alors que Jean Tremblay a nommé directement à des postes de la haute fonction publique des employés politiques, comme ce fut le cas pour Danielle Godin, qui est devenue directrice de l'arrondissement Jonquière sans détenir de diplôme d'études collégiales, un emploi habituellement occupé par des fonctionnaires détenant des baccalauréats et des maîtrises.
En matière de taxation, le candidat a confirmé qu'il n'y aura pas de gel de taxe sous son administration. Selon son évaluation des dépenses et des revenus, Jean-Pierre Blackburn conclut que les citoyens doivent s'attendre à voir leur taxe augmenter au rythme de l'inflation. Chaque année, les dépenses de la ville augmentent d'au moins 1 M $ uniquement en raison de l'inflation et il serait impossible, selon M. Blackburn, de réaliser des projets sans permettre à la ville d'accroître ses revenus.
Sur la question des finances municipales, Jean-Pierre Blackburn mettra en place un comité spécial pour analyser toute la problématique de la décroissance de la valeur du rôle d'évaluation municipal. Saguenay devra composer avec cette problématique de décroissance de son assiette fiscale au cours des prochaines années et devra trouver des solutions pour générer les revenus nécessaires au fonctionnement de la ville. Le candidat n'a pas caché ses préoccupations en lien avec ce problème important pour l'avenir immédiat de la ville.