Bilan positif pour Mireille Jean

L’heure est aux bilans pour la péquiste Mireille Jean, qui vient de terminer une quatrième session parlementaire depuis son élection comme députée de Chicoutimi au printemps de 2016.

Par voie de communiqué, l’élue a fait la nomenclature des éléments qui l’ont mobilisée au cours des derniers mois, autant dans sa circonscription qu’à Québec.

« Je termine seulement ma quatrième session parlementaire depuis mon élection et j’avoue que je suis particulièrement fière du chemin parcouru. Pendant cette dernière session, en plus d’avoir défendu les dossiers de ma circonscription et de ma région, d’avoir travaillé à l’amélioration des lois, d’avoir mis en valeur les actions de Chicoutimiennes et Chicoutimiens qui se démarquent, et d’avoir fait l’étude des crédits gouvernementaux, j’ai travaillé sur des dossiers très sensibles comme la situation des femmes autochtones », note Mireille Jean. La députée précise qu’elle a aussi représenté l’Assemblée nationale à l’étranger et qu’elle a déposé son premier projet de loi visant à défendre les intérêts des entrepreneurs québécois.

« Le projet de Loi concernant la lutte contre les retards de paiement dans les transactions commerciales a été appuyé par des entrepreneurs locaux. Malgré l’accueil favorable des milieux entrepreneuriaux, autant le gouvernement libéral que la CAQ et Québec solidaire ont refusé leur support », est-il indiqué dans le communiqué de la députée.

Mireille Jean souligne qu’au cours de la dernière session, elle a questionné le gouvernement et dénoncé des situations jugées intolérables comme le manque de financement des centres jeunesse, le projet informatique d’un demi-milliard de dollars à la SAAQ, les coûts de 167 000 $ pour la conférence de presse de la ministre Dominique Anglade pour le lancement de la stratégie numérique et la contamination de matériel de chirurgie à l’Hôpital de Chicoutimi. Entre autres éléments, elle cite également les retards de paiement dans les transactions commerciales, le temps supplémentaire obligatoire chez les infirmières, l’achat local dans la décision de McDonald’s de laisser tomber le lait Nutrinor et la démolition de notre patrimoine bâti.

La députée de Chicoutimi a également mis en valeur des personnes et organismes qui se sont démarqués lors de déclarations au Salon bleu de l’Assemblée nationale.

« De retour dans ma circonscription à plein temps, j’entends poursuivre mon travail auprès des personnes et organismes de Chicoutimi. J’entends aussi poursuivre le travail amorcé pour la concertation régionale », conclut Mireille Jean.