Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Rrichard Martel
Rrichard Martel

Bilan de l’année 2020: Richard Martel fier du travail accompli

Ariane Gobeil
Ariane Gobeil
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, dresse un bilan positif de l’année 2020. Malgré la pandémie, il dit avoir fait avancer plusieurs dossiers pour la région.

Bien que la pandémie ait occupé une grande partie de l’agenda politique du député et lieutenant politique du Parti conservateur pour le Québec, Richard Martel estime qu’il a soutenu les intérêts régionaux sur plusieurs plans. « Nous avons fait et nous continuons de faire face à une crise sanitaire majeure qui nous a sortis de notre zone de confort. L’année 2020 nous a amenés à nous surpasser, à nous réinventer et, surtout, à nous entraider encore plus », précise-t-il.

Il avait notamment reçu, en début d’année, son collègue Randy Hoback, ancien ministre du cabinet fantôme responsable du Commerce international, pour faire cheminer le dossier de l’aluminium. « Si on veut assurer la pérennité de l’industrie de l’aluminium canadien, il faut travailler sur une politique d’achat d’aluminium à faible empreinte carbone, investir dans l’innovation, dans la recherche et développement pour l’aluminium recyclé et obtenir un environnement plus compétitif sur le plan fiscal et réglementaire. C’est ça un plan solide, crédible ayant une portée à long terme », estime le député de Chicoutimi-Le Fjord.

Richard Martel entend poursuivre ses efforts dans plusieurs dossiers régionaux comme les compensations aux agriculteurs et aux transformateurs à la suite des accords de libre-échange, le développement du port de Grande-Anse, le cas de M. André Gauthier (détenu au Moyen-Orient), la protection de l’industrie forestière par rapport à celle du caribou forestier, la venue des drones militaires à Bagotville et le développement de l’Internet haute vitesse.

Il souligne également avoir travaillé en étroite collaboration avec le chef de l’opposition officielle, Erin O’Toole, pour défendre certaines préoccupations des Québécois. Les conservateurs ont notamment demandé une réforme de la loi sur les langues officielles et une reconnaissance de la loi 101 au Québec dans les champs d’activité fédérale.

Au cours de l’année, le député a réitéré son appui à GNL Québec, à condition que le projet obtienne le feu vert des instances gouvernementales. Il a d’ailleurs déposé un mémoire en ce sens durant les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Le député souligne que son équipe a déployé tous les moyens possibles pour se rendre disponible auprès de la population malgré le télétravail. Il rappelle qu’aider les gens demeure le plus important dans cette période difficile et qu’il fera tout ce qu’il peut pour accompagner et aider les entreprises et les citoyens.

« Malgré la pandémie, j’aimerais souhaiter un joyeux Noël et une bonne année 2021 à tous mes concitoyens », conclut Richard Martel.