Bientôt une charte en prévention du suicide

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est la première région du Québec à se doter d’une charte en matière de prévention du suicide. Elle sera officiellement adoptée en novembre prochain.

Il s’agit d’un projet moussé par le Centre de prévention du suicide (CPS) 02, pour lequel l’appui de Saguenay a été sollicité en juin dernier. La Ville a adopté une résolution à ce chapitre lors de l’assemblée du comité exécutif du 13 septembre, entérinant ainsi la signature officielle de la charte.

Cinq autres organisations issues de l’entreprise privée et des milieux institutionnel et sportif ont aussi été approchées. La réponse est positive et le directeur général du CPS 02, André Houle, se réjouit de voir la mobilisation des acteurs autour de l’enjeu, préoccupant, du suicide.

«La charte est un outil de sensibilisation et de mobilisation auprès de groupes, d’associations et d’entreprises qui vont s’impliquer et s’engager à la cause par des actions concrètes. On parle de prévention, d’intervention préventive et d’activités de formation. On cherche un engagement individuel et collectif. On est dans une nouvelle dimension avec les réseaux sociaux et on doit mobiliser le plus d’acteurs possible», dit le DG.

Précédent

L’initiative émane d’ici et créera fort probablement un précédent puisque les yeux d’autres organisations semblables ailleurs au Québec sont tournés vers le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«On veut que la charte ait un effet d’entraînement et de mobilisation. L’engagement que l’on recherche en est un des gestionnaires, des propriétaires et des responsables des autorités en place. Pour y adhérer, il faut y croire et s’engager à fournir un milieu sain et préventif. Vous savez, on parle beaucoup de santé et de sécurité au travail. C’est beau d’avoir des plans d’action en entreprise, mais qu’en est-il de la santé mentale? Les accidents de travail sont en baisse au Québec depuis un certain nombre d’années. Mais est-ce qu’on s’occupe réellement des travailleurs en détresse, de ceux qui sont en rupture amoureuse? En ce moment, on voit énormément d’écart entre les deux», note André Houle.

En plus de la Ville, deux entreprises qui emploient principalement des hommes ont accepté de signer la charte régionale en prévention du suicide. Des instances en éducation vont aussi s’engager. Les noms des organisations seront dévoilés en novembre, avant les Fêtes, une période cruciale lorsqu’il est question de suicide. «La charte va devenir celle des différents milieux, pas juste celle du CPS. Éventuellement, on souhaite que d’autres partenaires s’y greffent», conclut André Houle.