Ève-Laurie Morin ne s'est pas fait prier pour déguster de la tire d'érable.

Bien du monde à la cabane

C'était la journée idéale pour se sucrer le bec, dimanche, et plusieurs l'avaient compris. Ils étaient nombreux à l'érablière Au sucre d'or de Laterrière à profiter des joies de la cabane.
Ils étaient nombreux à se sucrer le bec, dimanche.
Les activités ont débuté le 1er mars dernier, à l'érablière, mais la production a surtout commencé cette fin de semaine. « Ça coule aujourd'hui, c'est incroyable ! », a lancé le propriétaire de l'érablière, Sylvain Néron. Avec ses 6000 entailles, le propriétaire a bon espoir de récolter autour de 24 000 livres de sirop d'érable cette année. 
« Ce sera une très bonne saison. Nous avons des nuits froides, mais des journées assez clémentes côté température. De plus, il y a énormément de neige, ce qui est bien pour les arbres qui ont besoin de beaucoup d'eau », a expliqué M. Néron, affirmant que la cabane à sucre est bondée toutes les fins de semaine depuis un mois.
« L'attrait de la cabane ne se dément pas, les gens aiment vraiment la tradition québécoise du temps des sucres », a indiqué le propriétaire, qui a également reçu beaucoup de touristes européens au cours des dernières semaines. 
L'érablière Au sucre d'or est le plus grand producteur de sirop d'érable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, selon son propriétaire. Il explique que la région n'est pas experte dans le domaine de l'exploitation des érablières. « Ce n'est pas vraiment notre créneau, ici, comparativement au Centre-du-Québec. Ici, notre érablière est grosse, mais si j'étais en Beauce, je serais très petit ! Il n'y a pas eu la même mentalité de protéger nos érables par le passé comme ç'a été le cas dans d'autres régions. Disons qu'on exploite davantage le bleuet ! Mais ça n'empêche pas que les gens d'ici aiment aussi le temps des sucres », a expliqué Sylvain Néron. 
Difficile de le contredire, d'ailleurs, alors que des centaines de personnes s'étaient déplacées à la cabane, dimanche. Petits et grands attendaient patiemment en file pour se sucrer le bec, alors que d'autres savouraient un repas à l'ancienne dans la bâtisse principale. 
L'érablière Au sucre d'or est ouverte tous les jours de la semaine jusqu'au 30 avril.