Le député de Chicoutimi à l'Assemblée nationale, Stéphane Bédard, dénonce la volonté du gouvernement du Québec de centraliser la gestion des revenus provenant de la taxe sur les nuitées. Il juge que cette nouvelle vague de centralisation va plomber l'industrie touristique des régions du Québec.

Bédard inquiet pour le centre-ville

Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, s'inquiète du transfert d'employés d'Hydro-Québec de la rue Racine vers le parc industriel de Chicoutimi.
Cette délocalisation d'emplois envoie un mauvais exemple aux autres sociétés d'État, ministères ou organismes parapublics, croit le député péquiste. Il estime que le maintien dans le centre-ville d'emplois de qualité contribue à la vitalité des différents commerces qui longent la rue Racine ou qui l'entourent.
M. Bédard a voulu faire part de son inquiétude au Quotidien après que cette situation ait été portée à son attention. Selon ses informations, une cinquantaine d'emplois auraient été transférés de l'immeuble du 255 rue Racine Est aux bureaux d'Hydro-Québec du parc industriel Henri-Girard, situés au 1400 rue Manic.
«Le centre-ville de Chicoutimi reste un endroit qui demeure pour nous déterminant pour le développement. Il y a beaucoup de restaurants. L'impact d'avoir des emplois de qualité au centre-ville, des emplois de bureau, reste une préoccupation de tout le monde», souligne le chef intérimaire du Parti québécois.
Il souhaite rencontrer prochainement Hydro-Québec à ce sujet ainsi que l'Association des centres-villes de Chicoutimi. «Le centre-ville reste le poumon et la carte de visite de notre ville. Le centre-ville de Chicoutimi c'est un joyau, si on ne s'en occupe pas...», laisse-t-il tomber.
Hydro-Québec
La porte-parole régionale d'Hydro-Québec, Alexandra Fortin, confirme de son côté qu'une dizaine d'emplois ont été transférés de la rue Racine à la rue Manic.
«Le réaménagement de l'édifice de la rue Manic a permis à ces employés, appartenant à l'unité Hydro-Québec Production, de s'installer à proximité de leurs collègues de la même unité et ainsi faciliter les échanges», indique-t-elle par courriel.
Trente employés de l'unité Hydro-Québec Équipements travaillent toujours au centre-ville de Chicoutimi. Elle ajoute que des analyses sont en cours, mais qu'aucune décision n'a été prise au sujet d'un possible transfert de ces emplois.