Bas-Saguenay: les travaux d’Hydro-Québec reportés

Les maires de L’Anse-Saint-Jean et Petit-Saguenay ont été entendus. Hydro-Québec annule les deux journées d’interruption de service prévues au Bas-Saguenay les 22 juin et 20 juillet. Les maires des municipalités touchées seront rencontrés dans les prochains jours afin de déterminer de nouvelles dates pour la réalisation des travaux par la société d’État.

Mercredi, les maires de L’Anse-Saint-Jean et Petit-Saguenay, Lucien Martel et Philôme Lafrance, ont fait une sortie publique afin de demander le report de travaux qui devaient entraîner des coupures de courant de huit heures et demie à deux reprises dans leurs municipalités. Ils estimaient que les travaux prévus au cours de deux fins de semaine importantes de la saison estivale, soit celles de la Fête nationale et du début des vacances de la construction, auraient un impact important sur leur industrie touristique. 

Lire aussi: Deux maires du Bas-Saguenay réclament le report de travaux d'Hydro-Québec

Jeudi matin, Hydro-Québec a confirmé que les travaux sur la ligne de transmission qui alimente le poste de Petit-Saguenay et dessert les municipalités de Petit-Saguenay et de L’Anse-Saint-Jean, de même que le TNO de Sagard, sont reportés. «Nos équipes sont en mode solution. On cherche la meilleure solution pour les maires, pour les clients et pour nous, a affirmé Richard Simard, conseiller relations avec le milieu d’Hydro-Québec. Très rapidement, on va rencontrer les gens du milieu pour convenir du meilleur scénario possible. Il y a plusieurs scénarios sur la table.» 

Hydro-Québec doit effectuer des travaux sur 44 structures. L’équipement ancien doit être transféré sur de nouvelles structures implantées au cours de l’hiver. 

«On doit isoler une section afin de faire des travaux qui vont durer 30 jours. On doit transférer l’énergie qui permet d’alimenter les municipalités sur une autre ligne pour la durée des travaux. Pour faire cette opération, on a besoin de deux journées. On a ciblé la période estivale puisque c’est la moins sollicitée», explique le porte-parole d’Hydro-Québec, qui souligne que le scénario initial avait été présenté aux maires il y a plusieurs mois.