Une séance d’information avait été organisée par le BAPE au début du mois de mars en préparation des audiences publiques du projet d’Énergie Saguenay de GNL Québec.  
Une séance d’information avait été organisée par le BAPE au début du mois de mars en préparation des audiences publiques du projet d’Énergie Saguenay de GNL Québec.  

BAPE sur le projet Énergie Saguenay de GNL Québec: pas d’audiences ailleurs qu’à Saguenay

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) ne prévoit pas tenir des audiences publiques ailleurs qu’à Chicoutimi sur le projet d’Énergie Saguenay de GNL Québec.

L’organisation estime que l’adaptation du déroulement des audiences au contexte de la pandémie facilitera la participation du public à travers la province.

« On pense qu’avec la diffusion en direct et en différé de nos audiences, par Facebook, sur notre site et par YouTube, on va peut-être permettre à plus de gens qu’habituellement de suivre nos travaux et d’y participer », a soutenu Pierre Turgeon, coordonnateur au développement des communications du BAPE, lors d’un breffage technique sur la tenue des audiences. La séance a été diffusée en direct vendredi sur Facebook.

La première partie de l’audience publique portant sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel prévu au port de Grande-Anse, à La Baie, débute le 21 septembre. Une première séance aura lieu en soirée à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi, avant de se poursuivre jusqu’au vendredi suivant.

Le public pourra soumettre des questions à la commission par écrit et participer aux audiences par visioconférence ou par téléphone. Un maximum de 250 personnes pourront être présentes dans la salle.

La question du lieu de la tenue des audiences publiques est de nouveau revenue à l’avant-plan, vendredi, en raison des impacts environnementaux du projet, lesquels dépassent les limites du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Cet enjeu avait également été soulevé par plusieurs participants au début du mois de mars, lors de la tenue d’une séance d’information à Chicoutimi. L’ouverture à une participation en ligne, qui n’était alors pas envisagée, avait été demandée en prévision du début de la première partie de l’audience, qui a été annulée en raison de la pandémie.

Pierre Turgeon a rappelé, vendredi, que les audiences du BAPE se déroulent traditionnellement à l’endroit où la réalisation du projet est prévue. Le mandat reçu par le BAPE du ministre de l’Environnement ne concerne que le projet d’usine de liquéfaction d’Énergie Saguenay.

« Ça tombe sous le sens, parce ce que ce sont les gens de la région qui sont les principaux concernés », a-t-il précisé. 

Il a également soulevé la difficulté d’assurer une équité entre les régions lorsque viendrait le moment de choisir d’autres régions où des audiences pourraient se dérouler.

L’article 17 des règles de procédures du BAPE prévoit qu’une commission d’enquête tienne ses audiences publiques dans la communauté d’accueil où le projet est planifié « à moins de circonstances exceptionnelles », a précisé Julie Olivier, conseillère en communication.

Présentement, la commission d’enquête sur le projet d’Énergie Saguenay ne prévoit pas tenir d’audiences dans d’autres régions du Québec, que ce soit pour la première ou la deuxième partie de l’audience publique. Ce sont ultimement les commissaires, qui « jouissent d’une très grande latitude dans la conduite de leurs travaux », qui évaluent cette décision, a ajouté M. Turgeon.

Le BAPE a souligné que le suivi à distance des audiences du projet de tramway à Québec, menées cet été, avait permis de faciliter la participation du public à travers la province.

+

LES GES DU PROJET ET LEURS IMPACTS PRÉOCCUPENT

Les émissions de gaz à effet de serre liées au projet d’Énergie Saguenay de GNL Québec et leurs impacts sur la lutte contre les changements climatiques est le thème auquel le public accorde le plus d’importance, selon une consultation menée par le BAPE.

Un total de 560 personnes ont répondu à la consultation lancée en ligne du 1er au 8 septembre par le BAPE afin de planifier l’organisation des séances de la première partie de l’audience publique.

L’insertion du projet dans son milieu d’accueil, le transport maritime et les impacts écologiques suivent, selon l’ordre d’importance attribué à ces thèmes par les participants. Les enjeux économiques et sociaux seront également abordés lors des séances.

La première partie de l’audience publique qui débute le 21 septembre au Montagnais de Chicoutimi permettra au public de s’informer sur le projet. Des représentants du promoteur ainsi que des personnes-ressources, issues notamment de différents ministères, seront sur place afin de répondre aux questions du public.

Jusqu’à maintenant, la commission d’enquête a reçu une vingtaine de questions du public par écrit.

La seconde partie de l’audience débutera ensuite le 26 octobre. Les participants pourront alors faire connaître leur opinion en déposant un mémoire, notamment.  

Les informations concernant le déroulement des audiences et les modalités de participation sont disponibles sur le site Internet du BAPE.

Rappelons que le gazoduc lié au projet d’exportation de gaz naturel de l’Ouest canadien de GNL Québec doit pour sa part faire l’objet d’un examen conjoint de Québec et d’Ottawa. Le coût du projet totalise 14 G$, soit 10 G$ pour l’usine et 4 G$ pour le gazoduc.

PREMIÈRE PARTIE DE L’AUDIENCE: HORAIRE DES SÉANCES

• Lundi 21 septembre: à compter de 19h uniquement

• Mardi 22 septembre: à compter de 13h et de 19h

• Mercredi 23 septembre: à compter de 13h et de 19h

• Jeudi 24 septembre: à compter de 13h et de 19h

• Vendredi 25 septembre: à compter de 13h uniquement

• D’autres séances pourront être prévues si la commission le juge nécessaire