La seconde partie des audiences du BAPE sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec à Saguenay doit débuter en mode numérique uniquement le 26 octobre. La première partie a eu lieu en septembre à Chicoutimi.
La seconde partie des audiences du BAPE sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec à Saguenay doit débuter en mode numérique uniquement le 26 octobre. La première partie a eu lieu en septembre à Chicoutimi.

BAPE de GNL Québec: plus de 300 personnes veulent se faire entendre

Myriam Gauthier
Myriam Gauthier
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Plus de 300 personnes et organisations ont demandé à présenter un mémoire lors de la deuxième partie de l’audience du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet d’Énergie Saguenay de GNL Québec. Les séances en mode virtuel devront s’étendre sur plus d’une semaine.

La commission d’enquête chargée de se pencher sur le projet de complexe de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec à Saguenay a reçu au total 1358 avis d’intention de personnes ou d’organisations qui comptent déposer un mémoire.

De ce nombre, 309 ont demandé à présenter leur mémoire devant la commission pour s’exprimer sur le projet d’usine prévue au port de Grande-Anse à La Baie.

Les membres du public, les municipalités et les organisations avaient jusqu’à jeudi dernier pour informer la commission de leur intention d’exprimer leur opinion lors de la seconde partie de l’audience.

Le BAPE n’était pas en mesure de préciser mercredi combien de personnes ont indiqué vouloir s’exprimer verbalement devant la commission sans présenter de mémoire.

La seconde partie de l’audience doit débuter en mode virtuel dans moins de deux semaines, le lundi 26 octobre à 19h.

Plus d’une semaine nécessaire

Le déroulement plus en détail de la seconde partie de l’audience est en préparation et sera dévoilé dès que possible, a indiqué Julie Olivier, conseillère en communication pour le BAPE.

« Mais je peux dès maintenant vous confirmer que les séances de la deuxième partie se tiendront sur plus qu’une semaine, compte tenu de la forte participation », a-t-elle précisé par écrit au Quotidien.

Toutes les personnes qui ont signifié leur intention à la commission avant la date requise seront entendues lors des audiences, a-t-elle assuré.

Les personnes qui ont annoncé leur intention de déposer un mémoire doivent remettre leur document en ligne avant le jeudi 22 octobre à midi.

Au début du mois, le BAPE a annoncé que la deuxième partie de l’audience publique aurait lieu uniquement en mode numérique, en raison des mesures sanitaires liées à la deuxième vague de COVID-19 dans la province.

Les participants pourront prendre part aux séances diffusées sur le site Internet du BAPE et sur Facebook par visioconférence ou par téléphone.

La première partie de l’audience permettant au public de s’informer sur le projet a eu lieu du 21 au 25 septembre à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi.

Rappelons que quatre autres organismes régionaux ont demandé mardi le report de la deuxième partie des audiences publiques. Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, EUREKÔ!, l’Organisme de bassin versant du Saguenay et le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix ont joint leur voix à celle de la Coalition fjord. L’organisme avait formulé cette demande au début du mois, de pair avec d’autres organismes environnementaux de la province.

Le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, a également réclamé la semaine dernière le report des audiences jusqu’à ce qu’elles puissent être tenues en présentiel.

« PAS DE SUIVI COMME TEL » POUR TOUTES LES QUESTIONS

Les 928 participants qui ont soumis une question par écrit dans le cadre de la première partie de l’audience du BAPE sur le projet d’Énergie Saguenay de GNL Québec ne doivent pas nécessairement s’attendre à trouver une réponse à leur questionnement sur le site du BAPE.

La commission n’assurera « pas de suivi comme tel » pour les questions reçues par écrit lors de la première partie, a précisé Julie Olivier, conseillère en communication pour le BAPE. « Elle [la commission] a pris connaissance de toutes les questions, les a analysées et intégré celles qu’elle jugeait pertinentes à son propre questionnement », a-t-elle expliqué.

La commission d’enquête présidée par Denis Bergeron a reçu 928 questions par écrit, au terme de la première partie des audiences.

Neuf séances ont eu lieu à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi, du 21 au 25 septembre. L’exercice visait à permettre au public de s’informer sur le projet de GNL Québec et de poser des questions.

Les questions posées par la commission au promoteur ou aux personnes-ressources après la première partie sont quant à elles mises en ligne sous la cote « DQ » dans la section documentation du dossier, sur le site du BAPE. Les réponses reçues y sont également déposées.