Deux sauveteurs ont porté secours à un baigneur victime d’un malaise lundi après-midi, au parc Rosaire-Gauthier, à Chicoutimi.

Baigneur victime d'un malaise: le travail des sauveteurs salué

N’eût été la vigilance, la compétence et la rapidité d’exécution de deux jeunes sauveteurs à l’emploi de Saguenay, un homme de 77 ans, victime d’un malaise à la piscine du parc Rosaire-Gauthier, ne serait peut-être pas en vie aujourd’hui. L’événement est survenu vers 13 h 45, lundi.

Porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Luc Tardif explique que le baigneur aurait été la proie d’un malaise cardiaque.

« Les sauveteurs l’ont pris en charge et ont fait les premiers soins. Ils ont ensuite prêté assistance aux ambulanciers quand ils sont arrivés. Les policiers ont aussi été appelés en soutien », a-t-il signifié. Le travail des employés, un qui serait nouvellement certifié et l’autre qui détiendrait un peu plus d’expérience, a été salué à la fois par la Corporation des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) et les autorités municipales. Jean-Sébastien Marcil, superviseur à la CTAQ, estime que les sauveteurs ont fait de l’excellent travail lorsqu’ils ont porté secours au septuagénaire.

« Ils l’ont vu entrer dans l’eau, puis ils l’ont vu glisser. Ils se sont immédiatement rendus vers lui. Quand les ambulanciers sont arrivés, il avait une respiration rapide. Il a été transféré à l’hôpital. Les sauveteurs ont fait une très belle job. Selon ce qu’on m’a dit, c’était la première fois depuis leur formation qu’ils avaient un cas réel », a indiqué Jean-Sébastien Marcil.

« Quand le monsieur est arrivé à l’hôpital, il était en ‘‘verbal’’, comme on dit dans le jargon, mais il n’était pas complètement alerte », a-t-il poursuivi.

D’un commun accord, les sauveteurs impliqués et leur employeur, la Ville, ont décliné la demande d’entrevue formulée par Le Quotidien. Conseillère en communications à Saguenay, Marie-Hélène Lafrance a fait valoir que les personnes impliquées étaient encore sous le coup de l’émotion, en fin d’après-midi, et qu’elles préféraient voir retomber la poussière avant de revenir sur les événements.

« Ce qu’il faut dire, c’est qu’on a eu des commentaires très positifs à leur égard de la part des services d’urgence. Ils ont agi dans les règles de l’art et ils ont fait un très bon travail. Je pense que c’est important de le souligner », a mis en relief la porte-parole.