On procédait à la distribution de bacs bruns, jeudi, à Alma. La collecte des matières organiques débutera un peu après la mi-octobre dans ce secteur de la région.
On procédait à la distribution de bacs bruns, jeudi, à Alma. La collecte des matières organiques débutera un peu après la mi-octobre dans ce secteur de la région.

Bacs bruns: les citoyens l’adopteront-ils ?

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
À partir du mois d’octobre, toutes les municipalités de la région, sauf Saguenay, collecteront les matières organiques afin d’en faire du compost. L’objectif imposé par Québec est ambitieux. Le gouvernement provincial veut que chaque résidence, commerce ou industrie ait son bac brun d’ici 2025.

L’arrivée d’un troisième bac ne fait pas l’unanimité, mais elle entrera dans les habitudes des gens, pensent la plupart des intervenants au dossier. Si on leur laisse le temps.

La directrice des communications, programmes et services, de la Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean, Mélanie Simard, entrevoit la question d’un bon oeil. « Ça soulève les passions. Il y a des gens qui sont pour et des gens qui sont très, très contre. On ne prévoit pas recevoir la quantité maximale de matière dans la première année. Les différentes études démontrent que ç’a pris sept ans à la population à s’habituer au bac bleu. On peut s’attendre à quelque chose de semblable avec le bac brun. »

La MRC du Fjord-du-Saguenay collaborera avec la RMR du Lac-Saint-Jean pour valoriser ses matières organiques. Son préfet, Gérald Savard, croit lui aussi que le compostage entrera dans les habitudes des citoyens, à l’instar du recyclage. « Quand c’est arrivé, il y a plusieurs années maintenant, plusieurs disaient : “Moi, je ne ferai pas ça”. Aujourd’hui, dans ma rue, quand c’est le jour de la collecte du recyclage, on voit les bacs bleus bien enlignés et bien utilisés. Le bac brun, ça va être la même chose. C’est un changement. Il va falloir s’habituer, mais on le fait pour l’environnement. »

À Saguenay, le président de la Commission du développement durable et de l’environnement, le conseiller municipal Simon-Olivier Côté, ne cache pas sa hâte de voir la collecte des matières organiques démarrer. « On est rendus là. On n’a plus le choix. Toutes les villes et les MRC sont en train de faire du compostage. Je ne vois pas comment une population pourrait dire : “Non, je n’embarque pas”. Il y a beaucoup de monde qui attend ça », indique-t-il.

La collecte des matières organiques pourrait avoir une influence sur la collecte de déchets au Saguenay–Lac-Saint-Jean, prévoit Gérald Savard. Le volume de déchets à enfouir diminuera et pourrait faire baisser le nombre de collectes dans l’année. « Le bac à déchets, on va en avoir de moins en moins besoin. Il y a des MRC [au Québec] qui sont aux trois semaines déjà », lance-t-il.

Le premier compost local en 2021

Les premiers camions de collecte des bacs bruns rouleront dans la MRC du Fjord-du-Saguenay, le matin du 5 octobre. Au Lac-Saint-Jean, la collecte démarrera deux semaines plus tard. Les matières organiques seront ramassées chaque semaine l’été et aux deux semaines l’hiver.

La RMR prévoit recevoir environ 17 000 tonnes de matières organiques annuellement. Elle a obtenu ce chiffre en enlevant 40 % du total de matière résiduelle qu’elle traite bon an, mal an.

Les restants de table, le carton souillé et les autres matières compostables seront envoyés à Dolbeau-Mistassini et à Hébertville-Station, quand la construction de ce deuxième centre de tri des déchets organiques sera terminée en 2021.

Il en coûtera plus cher aux citoyens de Saguenay pour enfouir leurs déchets dans les prochaines années. Québec augmente les redevances demandées de 23,51 $ à 30 $ par tonne.

Il en ressortira 8000 tonnes de compost, lesquelles seront remises gratuitement aux citoyens, probablement via le réseau des écocentres.

Le processus de compostage prend une dizaine de semaines, en été. Il est un peu plus long l’hiver.

Mélanie Simard estime que les premières pelletées de compost sortiront du centre Dolbeau-Mistassini en juillet 2021.

Le compost sera de « qualité supérieure » et pourra être utilisé pour le jardinage et l’entretien des pelouses, par exemple.


« C’est un changement. Il va falloir s’habituer, mais on le fait pour l’environnement. »
Gérald Savard

Saguenay en 2022

La collecte des matières organiques commencera au plus tard en 2022 à Saguenay. Mais Simon-Olivier Côté aimerait bien que le processus aille plus vite.

En avril, la Ville a lancé un appel d’offres pour trouver l’entreprise qui fera le traitement des matières organiques de la municipalité de 145 000 habitants. Le contrat n’a pas encore été donné, mais le sera prochainement.

« Si jamais une entreprise peut procéder au traitement avant 2022, ça se pourrait qu’on commence avant », espère le conseiller municipal.

Il faut accorder 24 mois à l’entreprise qui gagnera l’appel d’offres avant de démarrer le traitement des matières organiques, mais elle n’est pas obligatoire de respecter le délai, précise M. Côté.

Le recyclage est entré dans les habitudes des citoyens, croit la directrice des communications, programmes et services, de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean, Mélanie Simard.

Une somme de 5 M$ est déjà réservée pour procéder à l’achat des bacs bruns.

Sur le compte de taxes, on prévoit une augmentation qui se situera dans une fourchette allant de 25 à 35 $ à Saguenay pour le compost. Pour la RMR du Lac-Saint-Jean, le coût est estimé à environ 15 $ par porte.