Le président de la société minière, Jean Rainville.

BackRock: les audiences du BAPE débutent le 19 juin

Le projet de construction d’une usine de ferrovanadium par la société privée BlackRock franchira une nouvelle étape à compter du 19 juin alors que la commission d’enquête du BAPE lancera le processus de consultation publique menant à l’émission par le gouvernement des permis environnementaux pour ce projet de 650 M$.

La première partie des audiences donnera l’occasion au promoteur ainsi qu’aux personnes-ressources présentes pendant les séances de répondre aux questions des citoyens et citoyennes. Les études réalisées par le promoteur sont disponibles pour consultation à la bibliothèque de La Baie ainsi qu’à l’édifice du BAPE.

Le projet déposé par la société ministère sera érigé sur des terrains appartenant pour le moment à l’Administration portuaire du Saguenay à proximité du terminal portuaire de Grande-Anse. Il est question d’une usine de traitement du concentré de vanadium-titane-magnétite (fer). BlackRock entend produire 500 000 tonnes de fonte brute de haute qualité, 5200 tonnes de ferrovanadium et 135 000 tonnes de scorie de titane.

Le minerai utilisé pour cette production proviendra d’un gisement situé dans la région de Chibougamau. Des enjeux de transport routier sont reliés à l’avenir de ce projet. L’entreprise pourrait aussi avoir la possibilité d’utiliser le chemin de fer. Les produits transformés seront exportés à raison de deux bateaux de granules par mois.

Les citoyens qui désirent présenter un mémoire devant la commission pourront le faire à compter du 16 juillet. Il est possible de déposer un mémoire sous forme écrite ou de façon verbale devant le BAPE.

Le mandat est de quatre mois. Les membres de la commission devront déposer leur rapport au plus tard le 17 octobre 2018.

Tous les travaux de la commission se dérouleront à l’hôtel La Saguenéenne.

Le gouvernement du Québec prendra connaissance du rapport du bureau et sera en mesure d’émettre le certificat d’autorisation environnementale.

Il est important de mentionner que les projets analysés par la ville de Saguenay pour approvisionner en eau de procédé le site de Grande-Anse ne sont pas soumis aux travaux du BAPE. Il s’agit d’un problème dont la solution nécessitera des investissements de l’ordre de plus ou moins 40 M$. BlackRock a des besoins de 280 mètres cubes à l’heure dans son procédé de refroidissement et de 1,5 mètre cube pour la consommation humaine et les installations sanitaires.