Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les 1500 canettes de la Fraîche d’Alex et Jennie s’écoulent rapidement au kiosque.
Les 1500 canettes de la Fraîche d’Alex et Jennie s’écoulent rapidement au kiosque.

Aux Jardins d’Alex et Jennie: les mille et une idées de Karine Dumais

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Une bière brassée avec les fraises cueillies dans son immense «garde-manger»... Une poutine faite avec des gourganes récoltées sur place... Karine Dumais ne manque ni d’imagination ni d’espace pour développer son grand jardin qui, une initiative à la fois, devient une destination familiale incontournable dans la région.

Rien ne se perd sur cette grande terre en bordure du boulevard Talbot, à Laterrière. Mais beaucoup de choses se créent. Les deux plus récentes idées de la responsable du kiosque maraîcher, qui en a toujours mille et une en tête, en sont de bons exemples.

Karine Dumais, responsable du kiosque maraîcher, et Philippe Gagnon, copropriétaire des Jardins d’Alex et Jennie, tenant leur nouvelle bière aux fraises.

D’abord, cette bière blanche réalisée par la microbrasserie Pie Braque et brassée avec les fraises qui ne trouvent pas preneurs lors de la cueillette. La Fraîche d’Alex et Jennie, baptisée en l’honneur des enfants de Karine Dumais et Philippe Gagnon, copropriétaire de l’endroit, est l’une de ces initiatives qui permet de maximiser ce que la terre a à offrir.

Là encore, rien ne risque d’être gaspillé puisque les 1500 canettes produites sont en voie d’être écoulées selon Karine Dumais. « Je l’ai mis en vente samedi, et là je n’en ai presque plus. [...] Mais on va en refaire, on a plein de « batchs » de fraises moins belles [pour la cueillette]. Au début, moi je voulais en faire une aux carottes, comme en Australie. Et au temps des citrouilles à l’automne, peut-être qu’on regarderait pour une bière à la citrouille. »

Les délicieuses poutines aux gourganes et aux légumes, préparées avec soin par l’un des travailleurs mexicains employés par l’entreprise familiale.

Parmi ses autres éclairs de génie cet été : combiner gourganes et poutine à la pataterie de l’entreprise agricole. Encore une fois, cela permet Aux Jardins d’Alex et Jennie de faire d’une pierre deux coups, le surplus de gourganes étant utilisé et la création culinaire qui en résulte s’avérant des plus délicieuses. L’auteur de ces lignes peut d’ailleurs en témoigner.

« C’est vraiment bon, assure Karine Dumais. Nous, on sert ça sous une sauce aux poivres, dans laquelle il y a un peu de bacon, avec les gourganes c’est bon. [...] Le monde aime ça. On a aussi la poutine aux légumes. On met des zucchinis, nos petites carottes. J’ai le choix moi, j’ai un gros garde-manger. Je m’en vais dans le jardin, je choisis mes mini-carottes et on fait des poutines aux légumes. Je mets aussi des frites mélangées là-dedans, avec une sauce béchamel-hollandaise par-dessus. »

Le labyrinthe d’Alex et Jennie sera bientôt accessible, avec une thématique de nains de jardins. Karine Dumais promet aussi un labyrinthe des plus terrifiants, à l’Halloween.

La tempête d’idées ne se calme jamais, entre deux nouveautés. D’ici deux semaines, l’autocueillette s’étendra aux citrouilles, aux fraises d’automne, aux carottes, aux gourganes, aux patates, aux échalotes, à la salade, aux oignons et aux fleurs. Avec le retour des labyrinthes viendront aussi une aire de pique-nique, un parcours de voiturettes à pédales, et peut-être même un kiosque bio et un camp de jour, éventuellement...

« Ce ne serait pas des camps de jours, ce serait des champs de jour. Les enfants viendraient à la ferme, on se ferait un horaire. Je dirais: "Vos enfants vont cueillir votre repas du soir, on va les faire travailler un peu, on va leur montrer le travail, mais tout en s’amusant, avec le labyrinthe, les jeux gonflables, la petite fermette." Il faudrait qu’une éducatrice m’approche, une crinquée », s’exclame celle qui aurait de la place pour « 6-7 » autres kiosques sur son terrain et qui se dit ouverte aux offres de collaboration.

L’entreprise a fait fabriquer des jeux gonflables sur mesure aux États-Unis, question que le tout s’agence au décor.

Il n’y a que le temps et le manque de main-d’œuvre pour freiner les ardeurs de la mère de famille. Heureusement, ses enfants, dont l’entreprise familiale porte les noms, mettent la main à la pâte. Jennie est fidèle au poste à son kiosque de limonade, alors qu’Alex est visible un peu partout sur le site. Comme sa maman, il ne semble s’arrêter que très rarement.

Chaque printemps, c’est près d’une douzaine de travailleurs du Mexique et du Guatemala qui leur viennent en renfort à travers les 200 000 plants de fraises et les autres plantations de toutes sortes. Ce sont les mêmes visages qui reviennent chaque année, vu les bonnes conditions offertes et les nombreuses heures de travail disponibles dans les champs, en cuisine et dans le labyrinthe... « Avec moi, ils font un peu de tout. [...] Si je n’avais pas de travailleurs mexicains, il n’y aurait pas de tout ça, je ne ferais rien. »

Jennie est fidèle au poste à son kiosque de limonade.