L’ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay Chantale Cyr affirme avoir été victime de harcèlement psychologique et physique avant d’être remerciée.

Autre contestation de la CS des Rives-du-Saguenay

Les dirigeants de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay ne lâchent pas le morceau dans le dossier de Chantale Cyr.

Malgré des décisions défavorables à l’organisation sur la demande d’indemnisation devant la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST), la commission scolaire prend la décision de s’adresser maintenant au tribunal administratif du travail (TAT) pour faire valoir son point de vue.

Me Éric Lebel, qui défend les intérêts de l’ex-directrice générale congédiée en janvier dernier, a été avisée de la nouvelle démarche des dirigeants de la CS des Rives-du-Saguenay.

« C’est de l’acharnement. Les dirigeants de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay dépensent l’argent des contribuables pour contester un dossier où ils ont perdu à deux reprises », mentionne Me Lebel.

La CNESST a confirmé que la réclamation d’une prestation de la CNESST de Mme Cyr était justifiée. La plaignante disait avoir été victime de harcèlement psychologique et physique plusieurs mois avant d’être remerciée.

La CNESST avait poussé son analyse jusqu’à blâmer la présidente Liz Gagné, précisant que l’ex-directrice générale avait été victime d’une conduite vexatoire de la part de la présidente.

« Nous avons deux décisions en notre faveur, mais la commission scolaire continue et veut toujours contester. Ça coûte cher aux contribuables », dénonce l’avocat.

Il faut savoir que la contestation du congédiement de Mme Cyr sera éventuellement débattue devant un arbitre du tribunal du travail. Les rencontres auront lieu à Saguenay.