Le tracé Sud sélectionné par les élus, il y a une décennie, contournera la municipalité de Saint-Bruno.

Autoroute 70: il y a loin de la coupe aux lèvres

Deux projets devront être réalisés avant de pouvoir officialiser la fin des travaux de l’autoroute de l’Aluminium, une infrastructure routière attendue depuis plus de 40 ans. Le prolongement de l’autoroute entre le chemin Grande-Anse et La Baie (phase 2) et le réaménagement de la route 170 à Saint-Bruno et de la route 169 vers Alma sont à compléter.

La patience sera, une fois de plus, de mise pour les automobilistes qui espèrent rejoindre les deux villes grâce à l’autoroute 70. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) assure que même si la préparation de ces projets va bon train, « il est trop tôt pour s’avancer sur un échéancier concernant la réalisation des travaux de ces deux projets ».

L’état d’avancement du projet à réaliser à La Baie dépasse celui qui est attendu au Lac-Saint-Jean. Le prolongement de l’autoroute entre le chemin de la Grande-Anse et La Baie se retrouve dans la catégorie « projet en planification ».

Contrairement aux travaux attendus à Saint-Bruno et à Alma, le prolongement de l’autoroute 70 vers La Baie (phase 2) est inscrit dans les investissements routiers et aéroportuaires 2019-2021 du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Le nouveau tronçon baieriverain de l’Autoroute de l’Aluminium a été inauguré en juillet 2017.

Un contrat visant l’étude de reconnaissance de sols a récemment été octroyé pour ce tronçon de 6,9 kilomètres. Le ministère rappelle qu’il s’agit d’une « étape préliminaire, mais nécessaire pour un projet de cette envergure ».

En revanche, le réaménagement de la route 170 à Saint-Bruno et de la route 169 vers Alma se retrouve dans une autre catégorie, soit celle des « projets à l’étude ».

« Le projet constitue la cinquième et dernière étape du grand projet de lien rapide entre Alma et La Baie. Le réaménagement de la route 170 à Saint-Bruno et de la route 169 vers Alma permet de compléter l’extrémité ouest de l’autoroute 70 en construction », peut-on lire sur le site Internet du Secrétariat du Conseil du trésor, lequel a été mis à jour le 20 juin.

Invitée à faire le point sur l’avancée de ce projet qui occupe l’actualité régionale depuis près d’un demi-siècle, la porte-parole à la direction des communications au MTQ, Émilie Lord, répond qu’« après avoir mis en service en juillet 2017 la phase 1 du prolongement de l’autoroute 70 jusqu’au chemin de la Grande-Anse, à La Baie, le MTQ travaille maintenant au parachèvement du projet de lien routier entre Alma et La Baie, dont la réalisation est une priorité. Il s’agit d’un projet d’envergure, et plusieurs étapes doivent être franchies avant le début des travaux de construction pour les deux projets ».

Les projets situés aux extrémités de l’autoroute 70 sont assujettis à la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique.

Ainsi, diverses études sont en cours afin d’obtenir les autorisations gouvernementales nécessaires pour la réalisation des projets inscrits au Plan québécois des infrastructures 2019-2029.

C’est une route à quatre voies qui permettra de rejoindre la ville d’Alma lorsque le tronçon jeannois de la route 170 à quatre voies divisées sera complété.

+

LES ÉLUS DU LAC-SAINT-JEAN PATIENTENT

Le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, se réjouit que son parti ait ramené le projet au sein du Plan québécois des infrastructures 2019-2029. Le travail de réactualisation qui est entamé est, selon lui, nécessaire et doit ainsi être bien réalisé. 

« C’est un travail qui permet de prendre en considération l’ajout d’aires de stationnement pour les tempêtes hivernales. Les milieux humides ajoutent d’autres études. La réactualisation du projet permet d’inclure les nouvelles méthodes de construction et les changements de coût », précise celui qui a d’ailleurs discuté du dossier, au cours des derniers jours, avec les élus de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est. 

Le député Éric Girard a un objectif en tête. « Qu’on soit prêt à aller en audience du BAPE de 2021 ».

Le maire d’Alma, Marc Asselin, assure comprendre les démarches et études qu’impliquent les milieux humides et les terres agricoles. « J’ai bien mentionné au député Éric Girard que tant que le discours sera maintenu, je serai raisonnable et patient à attendre la finalité de l’autoroute Alma-La Baie », a-t-il confié au Quotidien. 

M. Asselin rappelle que le projet a cheminé, au fil des décennies, avec le Parti québécois, avec les libéraux et maintenant avec la Coalition Avenir Québec.

Les routes jeannoises en piteux état

Le maire Marc Asselin n’hésite pas à décrier, une fois de plus, les conditions des routes jeannoises. « Il y a une question d’équité. Quand on veut rouler sur des autoroutes modernes et sécuritaires, ça se fait uniquement sur le territoire saguenéen. Il va falloir, un moment donné, qu’on aille brancher le territoire jeannois aussi. Il faut attacher nos deux belles régions qui forment le Saguenay-Lac-Saint-Jean », conclut-il. 

Le tronçon jeannois de la route 170 à quatre voies divisées devrait aboutir à l’intersection de la route 169, de la route 170 et du 4e rang ouest. Un stationnement de covoiturage y est actuellement situé.

+

TRONÇON JEANNOIS: «PAS DE MODIFICATION», ASSURE ÉRIC GIRARD

Le tracé des premiers quelques kilomètres de la route 170 à quatre voies divisées situés dans le secteur Saint-Bruno ne devrait pas subir de modifications majeures. Il y a près d’une décennie, des élus jeannois ont fait le choix d’un tracé qui contourne la municipalité de Saint-Bruno au sud en direction de Roberval. 

Questionné quant à une possible modification du tronçon jeannois, la porte-parole à la direction des communications au ministère des Transports, Émilie Lord, précise que « les analyses des tracés des études précédentes seront validées avant de confirmer le choix du tracé final ».

De son côté, le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, réfute les rumeurs de modifications du tracé. « Je confirme que le tracé est là. On s’est entendu, et il n’y aura pas de modification », mentionne celui qui suit de très près le dossier et qui ajoute ne pas avoir eu une indication de changement. 

Le maire d’Alma, Marc Asselin, qui a participé à la négociation du tracé, il y a plus d’une décennie, abonde dans le même sens. Il rappelle « que Saint-Bruno sera contournée via le Sud et qu’une courbe rapide permettra de brancher la route 169. Elle sera de quatre voies jusqu’à la voie de contournement qui permet aux camions d’éviter les bouchons de l’avenue du Pont ».

+

LE PQI EXPLIQUÉ

Pour qu’un projet soit considéré à l’étude au Plan québécois des infrastructures (PQI), une fiche d’avant-projet doit être élaborée afin de décrire et de justifier le besoin auquel répond le projet envisagé. Selon la priorité accordée, le Conseil des ministres approuve, le cas échéant, la fiche d’avant-projet. Le projet est alors « à l’étude ».

Durant l’étude, un dossier d’opportunité doit être élaboré afin d’apprécier la pertinence du projet et de veiller à recommander la meilleure option à long terme pour répondre au besoin exprimé et aux exigences établies. Au terme de cette étude, le Conseil des ministres approuve le dossier d’opportunité, le cas échéant, et le projet est alors « en planification ».

Sources : Les infrastructures publiques du Québec Mars 2019, Plan québécois des infrastructures 2019-2029 et Plans annuels de gestion des investissements publics en infrastructures 2019-2020