Le nombre de syndiqués est demeuré stable au Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis 10 ans.

Autant de syndiqués qu’il y a 10 ans au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Depuis 10 ans au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le nombre et le pourcentage d’emplois syndiqués ont peu bougé en chiffres absolus.

C’est ce qui ressort de données publiées mardi par l’Institut de la statistique du Québec dans la publication Cap sur le travail et la rémunération.

Ainsi, le taux de présence syndicale, soit la part de l’emploi syndiqué dans l’ensemble de l’emploi salarié, était de 43,4 % en 2008 dans la région contre 43,2 % en 2018. Concrètement, il y avait 49 300 emplois syndiqués il y a 10 ans contre environ 48 000 l’an dernier. Le nombre total d’emplois, excluant les travailleurs autonomes, est passé de 113 000 à 111 000.

Contacté par téléphone, l’auteur du rapport, Marc-André Demers, reconnaissait que la situation était stable dans la région, malgré que certaines années il y avait des hausses un peu plus marquées. « C’est une variation similaire », a-t-il dit à propos du nombre de syndiqués et d’emplois.

Sur la même période au Québec, le taux de présence syndicale est passé de 39,3 à 38,4 %. « En 2008, on observe presque autant d’emplois syndiqués dans le secteur public (649 100) que dans le secteur privé (659 500). Toutefois, entre 2008 et 2018, l’emploi syndiqué augmente de plus de 120 000 dans le secteur public, alors qu’il diminue légèrement dans le secteur privé », est-il indiqué dans le rapport.

Cependant, M. Demers ne pouvait avancer d’hypothèse spécifique pour la région. Il aurait pu être possible de croire qu’il y ait eu une certaine baisse du nombre de syndiqués dans le privé, en raison de la sous-traitance, et une hausse dans le secteur public. Mais aucune donnée régionale ne permettait de le vérifier.

Alors que la région connaissait une stabilité, il y a aujourd’hui 21,5 % de plus de syndiqués dans la région de Laval qu’il y a une décennie. « Entre 2008 et 2018, l’emploi syndiqué est en croissance dans toutes les régions de la grande région de Montréal, soit Laval, Lanaudière, les Laurentides, la Montérégie et Montréal. Pour ces régions, il s’agit d’une hausse d’environ 91 000 emplois syndiqués. (...) À l’inverse, l’emploi syndiqué recule d’environ 6000 dans le Centre-du-Québec et de 7000 en Mauricie entre 2008 et 2018. », est-il inscrit également.

En bref

Au Québec, les employés syndiqués gagnent 28,31 $ de l’heure contre 23,61 $ pour leurs collègues non membres d’un syndicat. Par contre, depuis 10 ans, les salaires des syndiqués ont grimpé de 24,8 % contre 29,7 %, créant ainsi un certain rattrapage. Fait à noter, depuis 2016, le taux de présence syndicale est plus élevé chez les femmes. En enseignement, 80,5 % des employés sont syndiqués contre seulement 6,8 % en agriculture.