Les agents de Contrôle routier Québec et de la Sûreté du Québec observaient, depuis l’intérieur de l’autobus, si les conducteurs utilisaient illégalement leur téléphone cellulaire ou ne portaient pas leur ceinture de sécurité

Aucune infraction constatée

Les automobilistes qui ont emprunté l’autoroute de l’Aluminium mardi entre 13 h 30 et 14 h 30 ont fait mentir par leur bonne conduite les agents de la Sûreté du Québec et de Contrôle routier Québec. Les deux entités avaient invité les médias régionaux à participer à une opération de surveillance routière, mais aucune infraction par rapport à une mauvaise utilisation du cellulaire n’a été constatée.

Au final, ils étaient cependant bien heureux de voir que les usagers de la route s’étaient bien comportés, puisque le but est d’encourager les bons comportements au volant.

Pour l’occasion, un autobus d’Intercar avait été nolisé. À l’intérieur, les agents se tenaient près des fenêtres du côté gauche, regardant à l’intérieur des véhicules qui dépassaient par la gauche. De plus, quatre voitures de patrouille de la SQ étaient en action, certaines se trouvant dans les sorties à venir. Le porte-parole de la SQ, Hugues Beaulieu, a expliqué que lorsqu’une infraction est constatée, le conducteur du véhicule fautif est invité à prendre la prochaine sortie où l’interception se produit.

Il ajouté que les policiers doivent être en contact visuel constant pour que l’infraction conserve sa légalité.

En plus de la portion médias en après-midi, la même opération s’était déroulée en avant-midi. Le capitaine Hervey Tremblay, de Contrôle routier Québec, a spécifié qu’un seul constat d’infraction a été remis à un conducteur de véhicule lourd qui ne portait pas sa ceinture de sécurité. « C’est une belle amélioration par rapport à notre dernière opération en juillet. Il y a eu une seule infraction comparativement à une douzaine », a-t-il indiqué aux médias présents après l’opération.

De nouvelles règles concernant l’utilisation des appareils électroniques sont comprises dans la nouvelle mouture du Code de la sécurité routière, en vigueur depuis le 30 juin dernier. Grosso modo, les seules utilisations permises sur un cellulaire doivent se faire sur ce dernier s’il est fixé au tableau de bord ou s’il est connecté via Bluetooth.

Il est possible de s’en servir pour la navigation GPS, mais pour ce qui est des appels, ils doivent être effectués avec les commandes vocales ou via un dispositif mains libres.