La municipalité de Saint-Fulgence a installé trois fontaines sur son territoire pour permettre à ses citoyens de remplir leurs bidons de 18 litres, ce qui est apprécié de ceux qui ne sont pas reliés au réseau d’aqueduc.

Au tour de Saint-Fulgence de recevoir la certification Communauté bleue

Après Saint-François-de-Sales mardi, c’était au tour de Saint-Fulgence, mercredi, de recevoir sa certification Communauté bleue de la part de l’organisme Eau Secours.

Cette reconnaissance s’ajoute au titre de Village-relais, en plus de la participation à un projet pilote d’autopartage avec véhicule électrique.

Pour l’obtenir, Saint-Fulgence s’est engagée à reconnaître le droit humain à l’eau et aux services d’assainissement, à promouvoir la gestion publique de l’eau et à éliminer progressivement la vente de bouteilles d’eau dans ses édifices municipaux et lors de ses événements

La remise de la certification a été réalisée par Alice-Anne Simard, directrice générale d’Eau Secours. « Notre municipalité est très fière de cette accréditation et nous reconnaissons que le travail amorcé pour la protection de cette ressource naturelle qu’est l’eau potable doit être une préoccupation constante dans nos actions et décisions. C’est un grand défi que notre conseil municipal entend relever, et chaque petit geste compte, » a déclaré Gilbert Simard, maire de Saint-Fulgence, lors de la conférence de presse.

Des fontaines pour les 18 litres

Mais le maire de Saint-Fulgence avait d’autres atouts que la disparition des bouteilles d’eau. Il en a fait part au Quotidien lors d’une visite dans nos bureaux.

« On a lancé un programme pour financer à taux réduit à même la municipalité l’installation de puits artésiens pour ceux qui ont de la misère avec leur puits ou qui n’en ont pas. C’est un plus pour Communauté bleue aussi. Aussi, pour mes citoyens, car vous savez j’ai quand même seulement 684 résidants raccordés sur notre réseau d’eau et 910 sur fosse septique, j’ai fait installer trois fontaines qui leur permettent de remplir des 18 litres gratuitement dans la municipalité. Quand je dis ça au monde, ils me disent “On va faire ça chez nous aussi”. C’est fort pertinent. [Les gens de] Communauté bleue, ils m’ont dit “M. Simard, on n’a jamais entendu ça, même si ça fait 11 Communautés bleues”. », a-t-il raconté.