Au moins quatre sites illégaux ont été libérés sur les 49 visés

Le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles a commencé le travail de suivi du démantèlement des 49 installations illégales dans le jugement de la Cour suprême qui ordonnait la remise en état des lieux avant le 30 août dernier.

Selon les données fournies par Sylvain Carrier, de la direction du ministère, neuf sites ont été inspectés en date du 24 septembre et il a été permis de constater que quatre d’entre eux ont été libérés complètement par les occupants illégaux. Deux autres ont été libérés partiellement puisqu’il reste encore des accessoires en place comme des toilettes.

Les occupants seront avisés par courrier de revenir compléter la libération des lieux.

En ce qui concerne trois autres sites démantelés à la date convenue avec le ministère, soit le 20 septembre, des ententes ont été prises selon lesquelles les matériaux laissés sur place seront transportés cet hiver, au plus tard le 30 janvier 2020, en raison de la difficulté d’accès aux sites en cette période de l’année.

Selon M. Carrier, du travail reste à accomplir puisque 40 sites restent à inspecter. En raison de la période de chasse et afin de réduire le dérangement et dans un souci de collaboration, les inspections ont été suspendues pour trois semaines.

Elles reprendront le 17 octobre prochain à l’aide d’un hélicoptère déjà réservé pour couvrir la grande étendue du territoire à inspecter. Selon le calendrier prévu, l’inspection devrait être complétée lors de cette opération. Dans son approche, le ministère favorise la libération des lieux par les occupants eux-mêmes dans le but d’éviter des frais aux contribuables du Québec. Denis Villeneuve