Cathy Fortin et Sylvie Langevin, chefs copropriétaires du service de traiteur Au chef extra de Chicoutimi-Nord.
Cathy Fortin et Sylvie Langevin, chefs copropriétaires du service de traiteur Au chef extra de Chicoutimi-Nord.

Au chef extra lance un défi de solidarité aux traiteurs de la région

Le service de traiteur Au chef extra de Chicoutimi-Nord a concocté pour Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean de la sauce à spaghetti ainsi que de la sauce pour vol-au-vent pendant le congé pascal et lance maintenant le défi aux autres traiteurs de cuisiner pour la banque alimentaire régionale.

Au total, 40 litres de sauce à spaghetti et 30 litres de sauce pour vol-au-vent ont été cuisinés et ensachés pendant le long congé, en partenariat avec la Laiterie de La Baie et un second fournisseur du service de traiteur.

Au chef extra, qui donnait déjà ses surplus à la Maison d’accueil pour sans-abri de Chicoutimi, a voulu faire plus en cette période de crise sanitaire.

Au chef extra a cuisiné de la sauce à spaghetti et de la sauce à vol-au-vent pendant le congé pascal pour Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean et lance maintenant le défi à d’autres traiteurs de suivre cet élan de solidarité.

« Quand la COVID est arrivée, on a continué à faire ça, mais je trouvais qu’il manquait quelque chose », a souligné en entrevue Cathy Fortin, chef copropriétaire de l’entreprise. Elle souhaitait suivre l’exemple donné par l’organisme la Tablée des chefs, qui a lancé l’initiative Cuisines solidaires pour venir en aide aux Banques alimentaires du Québec pendant la crise.

Cathy Fortin lance maintenant le défi à d’autres traiteurs de la région de suivre cet élan de solidarité. « L’idée de donner le défi, c’était vraiment sur le coup, je me suis dit que si nous autres on était capables de le faire, il y en a d’autres qui sont capables de le faire aussi », a exprimé celle qui espère faire un don à Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean chaque deux ou trois semaines.

« On est très chanceux »

Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui est la seule banque alimentaire de la région, a reçu mardi le don de produits frais avec bonheur, rapporte la chef Fortin. « C’est notre petite façon à nous autres de redonner, parce qu’on est très chanceux. »

Même si elle a dû mettre à pied temporairement quelques employés, la copropriétaire s’estime privilégiée de pouvoir continuer à faire rouler l’entreprise en misant sur l’offre de plats livrés, dont le volume a triplé via les commandes en ligne qu’offrait déjà le service de traiteur.

« J’aurai aimé ça les garder tous, mais je leur ai fait une promesse que j’allais prendre soin de leur “job” en préservant l’entreprise le plus possible pour quand ça va revenir à la normale », a ajouté l’entrepreneuse, qui a également décidé de payer des cours à distance en administration à l’une de ses employées qui s’est retrouvée au chômage.