La prudence s’impose même à ce temps-ci de l’année.

Attention au brûlage de rebuts, dit la SOPFEU

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) tient à rappeler que les brûlages de rebuts et les feux de nettoiement de terrain ne font pas bon ménage, au printemps. Entre la mi-mai et la mi-juin, les pompiers municipaux et les pompiers forestiers de l’organisation interviennent en moyenne sur quelque 150 incendies affectant la forêt, dont la majorité est initiée par des résidants.

Tout au long du mois de mai, l’organisation diffusera des messages et organisera des activités de sensibilisation afin que la population soit plus informée sur la problématique de cette pratique courante.

Même si le temps frais du printemps et le sol tapissé de neige semblent inoffensifs pour les risques d’incendie, la SOPFEU tient à rappeler que l’herbe sèche, les feuilles mortes et les broussailles sont propices à la propagation d’un incendie en terrain dégagé. 

« Il ne suffit que de quelques heures d’ensoleillement et d’un peu de vent pour faire monter le niveau du danger d’incendie », rapporte l’organisme par voie de communiqué de presse. 

Il rappelle que le feu, dans ces circonstances, peut se transporter sur une longue distance et qu’il représente autant une menace pour la forêt que pour les résidences à proximité. La SOPFEU souhaite, avec sa campagne, informer la population qu’il existe des solutions plus écologiques et sécuritaires au brûlage des rebuts. 

L’organisme recommande de faire du compost ou encore de déposer les rebuts à la collecte des résidus verts. Pour ce qui est des grosses branches et des vieux meubles, l’organisme suggère de les apporter à l’écocentre de sa municipalité.