Le président de l’Association du hockey mineur de Saguenay, Patrice Fillion, approuve l’idée de la députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, de regrouper les projets de centre multisport et d’amphithéâtre.
Le président de l’Association du hockey mineur de Saguenay, Patrice Fillion, approuve l’idée de la députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, de regrouper les projets de centre multisport et d’amphithéâtre.

Association du hockey mineur de Saguenay: en faveur d’un projet regroupé

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Le président de l’Association du hockey mineur de Saguenay, Patrice Fillion, appuie fermement l’idée de regrouper les projets de centre multisport et d’amphithéâtre, à condition d’installer une glace de dimension conventionnelle et non olympique.

Lors des derniers mois, les dirigeants du hockey mineur avaient peu fait part de leur opinion sur le projet d’amphithéâtre, mais la sortie de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec et députée de Chicoutimi, André Laforest, plus tôt cette semaine, les a forcés à réagir. « Cette partie-là m’interpelle beaucoup. Pour nous, jumeler les installations sportives, c’est d’en profiter au maximum et faciliter la vie des utilisateurs, de faire valoir Patrice Fillion lors d’une rencontre vendredi après-midi. Comme président du hockey mineur, je me verrais mal de ne pas sortir et de ne pas appuyer la démarche de la ministre. Les membres m’ont parlé de son projet et c’est quelque chose qui les intéresse. »

Au milieu

Si dans un monde idéal, la nouvelle glace se retrouverait à Chicoutimi, notamment pour compenser la fermeture prochaine du pavillon de l’Agriculture, dont la mise à niveau du système de réfrigération demanderait un investissement de près de 5 millions $, Patrice Fillion estime que les élus de Saguenay doivent penser globalement dans ce dossier, et non tirer la couverte chacun de leur bord.

« Ce n’est pas un projet d’arrondissement, mais de grande ville », tranche-t-il, d’entrée de jeu.

« Les guerres d’arrondissements, je ne fais pas de politique, mais du sport. Je veux qu’on développe nos jeunes et qu’on ait des installations dignes de la septième plus grande ville au Québec. Partout où on sort, ils ont des projets », raconte le président du hockey mineur.

« Sans le mettre nécessairement à Chicoutimi, est-ce qu’on est capables de trouver le point au milieu et que ça touche aux trois arrondissements pour servir tout le monde ? », se demande-t-il, précisant que la perte du pavillon de l’Agriculture représentera un défi logistique.

Il note que le centre Georges-Vézina ne peut pas servir pour les plus jeunes en raison de ses dimensions olympiques et que l’aréna de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) est principalement utilisé par les équipes scolaires. Cela ne laisserait que l’aréna Marina-Larouche de Chicoutimi-Nord sur le territoire. « Le manque va être à Chicoutimi », convient Patrice Fillion.

« J’ai des jeunes qui jouent au Saguenay. On a gardé les jeunes du simple lettre dans chaque arrondissement pour la proximité et aider les parents », fait-il valoir, rappelant du même souffle l’apport économique du hockey au Saguenay et dans la région, avec plusieurs événements d’envergure provinciale. L’association qu’il dirige regroupe 1300 joueurs répartis en 85 équipes, ce qui ne comprend pas les équipes scolaires et de la structure de développement des Élites de Jonquière midget AAA.

Sa seule exigence, c’est que la nouvelle infrastructure de remplacement soit dotée d’une glace de dimension régulière, comme dans la Ligue nationale, et non pas de grandeur olympique, comme le centre Georges-Vézina. « On ne pourra pas l’utiliser, plaide-t-il. Si on parle d’un regroupement de services, ce qui m’intéresse, ce ne sont pas les spectacles ou les Sags, mais une glace de remplacement pour mes jeunes. Mon mandat prioritaire est de m’occuper de mes membres et du développement des jeunes joueurs de hockey. »

+

UN SECOND APPEL D'OFFRES LANCÉ POUR LE CENTRE MULTISPORT

Pour une seconde fois en moins d’un an, Saguenay procède au lancement d’un appel d’offres destiné à sélectionner des firmes d’architecture et d’ingénierie dont le mandat sera de préparer le programme fonctionnel et technique (PFT) ainsi que le devis de performance et de surveillance en prévision de la construction d’un centre multisport à Jonquière.

Selon le document d’appel d’offres publié, les firmes choisies seront en quelque sorte les yeux et les oreilles de Saguenay sur le futur chantier, dans la mesure où les firmes choisies seront responsables de préparer, entre autres, les documents techniques en support à l’appel de préqualification des entrepreneurs, d’assister la Ville dans l’analyse des soumissions et de répondre aux questions des entrepreneurs. La firme d’architecture désignée accompagnera la Ville de la conception à la livraison de l’immeuble en étant responsable de fournir les coûts et les plans du projet. 

Selon les données contenues dans l’appel d’offres, Saguenay prévoit que le centre multisport devra être érigé au coût maximal de 24,5 M$, incluant les taxes de vente, ce qui laisse une somme de 21 M$ disponible en frais de main-d’oeuvre, pour l’achat de matériaux et pour les services professionnels. 

Saguenay a mis fin unilatéralement au mandat confié au consortium formé des firmes St-Gelais Montminy et Les Maîtres d’oeuvre, qui ont réalisé les premières esquisses et plans préliminaires du centre. Selon les informations qui circulent, le consortium réclamerait 250 000 $ pour les travaux déjà effectués. 

Les estimations réalisées par différents professionnels établissent aux environs de cinq à six millions $ les coûts de construction des fondations aménagées sur le terrain de la rue Gallichan, dont une partie comprend des milieux humides, pour un résiduel d’environ 15 M$. 

Le futur centre multisport, qui abritera un terrain de soccer divisible en trois sections, aura une superficie de 9 500 mètres carrés. Denis Villeneuve