Arthur Gobeil

Arthur Gobeil n'abandonne pas

Même si un membre de sa garde rapprochée est parti rejoindre celle de Jean-Pierre Blackburn, le candidat indépendant à la prochaine élection municipale de Saguenay, Arthur Gobeil, ne songe nullement à abandonner la lutte.
Au cours des derniers jours, Johnny Simard, un des organisateurs de la première heure dans l'équipe de M. Gobeil, a remis sa démission. 
« Il est vrai que nous avons perdu un bénévole. M. Simard ne partageait pas la philosophie de M. Gobeil. Il aurait voulu que nous prenions davantage d'espace sur la place publique », mentionne Pierre Martel, responsable des communications au sein de l'équipe Gobeil.
« Notre candidat est plutôt du genre à vouloir faire les choses à sa façon, à participer à des assemblées de cuisine plutôt que de prendre le plancher. Il va sans dire que les deux hommes ne voyaient pas la campagne de la même manière et ils se sont laissés en bon terme », a repris M. Martel.
Concernant le départ de M. Simard et l'arrivée dans la course de Jean-Pierre Blackburn (Parti des citoyens du Saguenay), l'équipe d'Arthur Gobeil n'a pas l'intention de laisser toute la place à l'ancien ministre.
Diverses sources ont laissé entendre que le candidat indépendant pourrait se retirer de la course et donner son appui à l'ancien ambassadeur du Canada à l'UNESCO en France.
« Il n'est pas question d'abandonner la course ou quoi que ce soit à la suite de l'annonce de M. Blackburn de tenter sa chance à la mairie de Saguenay. Nous allons de l'avant », a commenté Pierre Martel.
Impliqué
Pour revenir à Johnny Simard, l'ancien syndicaliste n'en est pas à sa première expérience politique. Il y a fait ses premiers pas au début des années 2000.
Il a été conseiller politique dans le bureau de l'ancienne ministre libérale Françoise Gauthier. Il a occupé des fonctions similaires auprès de Serge Simard et de l'ancien ministre de la Santé, Yves Bolduc.
Il a aussi été candidat du Parti libéral du Québec en 2002 dans Dubuc.
Au fédéral, il a agi comme conseiller politique de l'ancien ministre Jean-Pierre Blackburn.
Johnny Simard avait aussi été sur les rangs pour être candidat du Parti conservateur du Canada à l'élection dans Chicoutimi-Le Fjord en 2008, mais s'était retiré.
« Après mon retrait du monde politique en 2012, je me suis rendu compte que c'est à la ville qu'il était possible de faire changer les choses. Avec certaines personnes, nous avons pensé qu'il fallait revenir aux missions essentielles, élément dont on s'était éloigné. Il fallait un bon candidat, une personne de grande notoriété et rapidement le nom de Jean-Pierre Blackburn a été retenu », mentionne M. Simard.
« J'ai eu plusieurs échanges avec M. Blackburn durant son séjour à Paris et à son retour. Mais il n'était pas alors intéressé », ajoute Johnny Simard.
Lorsque le nom de M. Blackburn est apparu dans le sondage Segma et qu'il a confirmé ses intentions, M. Simard a avisé M. Gobeil de la situation et s'est joint à l'organisation du candidat Blackburn. 
Johnny Simard sera responsable du comité stratégique et il rappelle que M. Blackburn doit être choisi comme le candidat du PCS.