Le candidat indépendant Arthur Gobeil.

Arthur Gobeil cible les «vrais besoins»

Le candidat indépendant à la mairie de Saguenay Arthur Gobeil refuse les batailles de rue que se livrent ses opposants et préfère attirer l'attention des citoyens de Saguenay sur des enjeux beaucoup plus importants pour le développement futur de Saguenay et par incidence sur l'ensemble de la région.
De passage au Quotidien hier, le comptable à la retraite a repris la balle au bond du chroniqueur Bertrand Tremblay dans le dossier de la technologie AP60 installée dans une usine pilote par Rio Tinto. Pour celui qui a oeuvré à la présidence de la Société de la vallée de l'aluminium, il est désormais temps que créer un véritable front commun à Saguenay afin d'éviter que cette technologie soit tout simplement exportée pendant que la région se contente d'une usine pilote.
« Je ne vois pas l'utilité de me disputer avec les autres candidats sur les vaccins des chats, le papier au conseil municipal ou les bouteilles d'eau. Il y a des enjeux beaucoup plus importants pour l'avenir de Saguenay et on doit y faire face et présenter la stratégie que nous allons mettre de l'avant », insiste Arthur Gobeil.
Même si Rio Tinto est un contribuable hors norme qu'une ville peut difficilement contraindre à investir, Arthur Gobeil croit qu'il y a moyen d'agir. Il propose donc de créer une vaste coalition à Saguenay pour exiger la suite du programme d'investissements AP60 pour permettre d'asseoir définitivement l'avenir de l'industrie de l'aluminium à Saguenay.
« Ce n'est pas parce que nous avons devant nous Rio Tinto qu'il ne faut rien faire. Le projet AP60 est déterminant pour notre avenir à Saguenay et personne ne semble s'en rendre compte. Les syndicats ont déjà fait largement leur part pour permettre la réalisation du projet avec Alain Gagnon et tout indique que l'entreprise va obtenir la marge qu'elle espère dans le dossier des berges. Nous sommes donc en mesure à notre tour d'exiger des choses et de véritables engagements de la part de Rio Tinto », a insisté celui qui entend présenter aux citoyens au cours des prochaines semaines sa vision de la ville et surtout ce qu'il entend mettre de l'avant pour atteindre ses objectifs.
Arthur Gobiel se défend d'écarter le rôle de premier plan d'un maire qui consiste à s'assurer que les services aux citoyens sont dispensés de façon efficace et surtout dans le respect des budgets. Malgré cette responsabilité, Arthur Gobeil maintient que le maire a l'obligation de créer les alliances nécessaires pour influencer les décisions des grandes entreprises comme Rio Tinto dont le poids est indiscutable dans la santé économique de la ville.
Le principal intéressé voit beaucoup plus qu'une simple question de revenus de taxes dans la construction de l'usine AP60 selon les engagements pris face au gouvernement du Québec. Il s'agit de la création d'emplois de qualité pour des familles qui s'établissent à Saguenay tout en permettant de créer des retombées économiques qui alimentent à leur tour toute la grappe des PME qui gravitent dans ce secteur manufacturier.
Le candidat à la mairie du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, a pris l'engagement lundi de geler le compte de taxes municipales pour les quatre prochaines années.
Le PCS propose de geler les taxes
Le Parti des citoyens de Saguenay et son candidat à la mairie Dominic Gagnon proposent aux contribuables de geler le compte de taxes municipales pour les quatre prochaines années sans nécessairement mettre en place de programme de compressions dans les services publics.
Il s'agit d'un engagement pris lundi en présence de sept candidats qui briguent les suffrages pour le PCS alors que la campagne électorale bat son plein sur le territoire de Saguenay. Même si le maire sortant Jean Tremblay a réalisé du bon travail aux dires du candidat Dominic Gagnon, il affirme que les contribuables paient toujours trop de taxes.
« Les contribuables sont écoeurés de payer », a-t-il martelé pour soutenir son argumentaire. Nonobstant l'augmentation du coût des services publics par la simple inflation des prix, le candidat à la mairie reste convaincu qu'il y a moyen de geler le compte de taxes.
« Tout comme la plupart d'entre vous, je suis fatigué de payer des taxes. J'ai moi-même contesté mon compte et je demeure préoccupé par les dépenses excessives que peut provoquer une hausse de taxes. Nous devons suivre de près les dépenses avec un budget annuel bien préparé afin d'être en mesure de respecter cette promesse », a déclaré le candidat à la mairie.
Selon Dominic Gagnon, il n'est pas question de se lancer dans une diminution des services à la population. Il propose de maintenir le niveau des services par une croissance de l'activité économique sur le territoire qui se traduira par une augmentation des revenus de la municipalité. La candidate du district 7 Hélène Tremblay a témoigné de ses rencontres avec les citoyens de son quartier qui lui ont fait part de leur ras-le-bol par rapport à la facture de taxes. Elle a rappelé que pas moins de 400 familles ont choisi de s'installer à Saint-Honoré au lieu de Saguenay, privant la ville de revenus importants.
Cet engagement ne sera pas simple à respecter pour le PCS puisque le principal défi de la Ville au cours des prochaines années est de contrer la décroissance économique en général qui aura un impact sur la richesse foncière qui constitue la principale source de revenus de la Ville.
En point de presse, Dominic Gagnon a fait état à plusieurs reprises des principales cibles économiques qu'il entend soutenir si les citoyens de Saguenay lui accordent leur appui lors du prochain scrutin. Il a informé les journalistes dès le début du point de presse qui'il arrivait tout juste d'une rencontre avec les dirigeants du projet minier Arianne Phosphate. Il a enchaîné sur les autres grands projets industriels avec la minière Black Rock et GNL Québec pour le terminal méthanier à Grande-Anse.
Le Parti des citoyens de Saguenay devrait de plus dévoiler au cours des prochains jours d'autres éléments de sa stratégie de croissance des revenus. Il a mentionné sa présence à l'inauguration du projet domiciliaire Luxuor du boulevard Talbot dans l'arrondissement Chicoutimi évalué à un peu plus de 50 M $ pour illustrer sa volonté de mettre l'accent sur la croissance des revenus et non les coupures dans les services.
Il n'est donc pas question pour le PCS de se lancer dans des promesses de construction d'immeubles municipaux. La formation politique préfère convaincre les contribuables qu'elle sera en mesure de gérer les finances de la municipalité rigoureusement au cours des quatre prochaines années.