Le président de l’exécutif du local de l’APTS Saguenay-Lac-Saint-Jean, Yves Tremblay, et la représentante nationale de l’APTS Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nancy Poulin, se sont adressés à des dizaines d’intervenants jeunesses lors d’un rassemblement lundi, pour l’amélioration des services auprès des jeunes.

APTS et DPJ: des toutous pour les élus provinciaux

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) et les employés de la DPJ interpellent les cinq élus provinciaux de la région en leur demandant d’adopter une peluche symbolique. Ils demandent plus de financement pour l’ajout de personnel afin de réduire la charge de travail sur les intervenants déjà en poste.

La campagne provinciale lancée la semaine dernière vise les 125 députés de l’Assemblée nationale. Elle fait suite au décès de la fillette de Granby qui a créé une onde de choc au Québec. Quatre des cinq députés de la région ont déjà répondu à l’appel de l’APTS et vont rencontrer les responsables dans les jours à venir. La ministre Andrée Laforest n’a pas donné suite à l’invitation, mais son directeur de bureau, Éric Gauthier, assure que « ce n’est qu’un problème d’agenda et que la ministre Laforest rencontrera les personnes concernées ». Invités au rassemblement de lundi matin devant le Centre Jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean, les députés n’ont pas été en mesure de se présenter en raison de la tenue du bâillon en fin de semaine.

« Ce toutou doit leur servir de rappel quant à l’urgence de la situation et à leurs responsabilités envers tous les enfants du Québec, pour la protection desquels ils se sont engagés solennellement au Salon bleu de l’Assemblée nationale. La misère, la négligence, les abus et la violence faite à nos enfants ne prennent malheureusement pas de répit. Il faut des solutions immédiates pour nos enfants. Ça presse ! », a indiqué la représentante nationale de l’APTS Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nancy Poulin.

Les toutous portent d’ailleurs au cou une courte histoire réelle de jeunes du Québec qui souffrent du manque de ressources. Les histoires ont été écrites par des intervenants.

Mme Poulin est consciente de la mise en place d’une Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (CSDEPJ), mais soutient que « la création de la CSDEPJ, même si elle est bienvenue, ne constitue que l’un des deux versants de la “priorité nationale” évoquée par nos élus. L’autre, c’est la mise en place de mesures immédiates pour s’attaquer aux causes qui ont conduit au décès d’une fillette de sept ans à Granby, troisième événement du genre en autant d’années et preuve de l’urgence de la situation, ce contre quoi la CSDEPJ ne peut rien actuellement ». Elle a ajouté que « la commission prendra plus d’une année avant de remettre un rapport et encore plus de temps à mettre des mesures en place ».

« La charge de travail trop lourde des intervenants, le volume de signalements grandissant, l’allongement des listes d’attente, la pénurie de personnel, etc., rien n’a vraiment changé sur le terrain aux yeux de l’APTS. Résultat : un autre drame pourrait se produire demain matin », déplore Mme Poulin. Elle a souhaité prévenir le gouvernement d’un éventuel drame.

« Si le gouvernement ne fait rien de vraiment significatif ces prochaines semaines et qu’un tel événement devait survenir, un sérieux examen de conscience s’imposera, pour n’avoir pas donné suite aux appels à l’aide et aux multiples solutions de nos intervenants depuis plusieurs semaines déjà. »

L’APTS espère que le gouvernement n’oubliera pas les enfants pendant la saison estivale expliquant que leurs difficultés ne prennent pas de repos durant l’été. L’APTS craint que la création de la CSDEPJ, la fin des travaux parlementaires ainsi que les vacances estivales fassent baisser la garde et qu’elles freinent l’élan de bonne volonté qui s’est enclenché au Québec depuis le décès tragique. Mme Poulin conclut que « les toutous ne se mettent pas en dessous de la pile et que les élus devront prendre des mesures rapidement pour une amélioration immédiate et concrète des services aux jeunes. »