La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a repris le travail mardi matin après que ses fonctions aient été assumées par le maire suppléant, Michel Potvin.

Après deux mois d'absence, Josée Néron reprend la barre

La mairesse Josée Néron a repris la barre de l’hôtel de ville de Saguenay, mardi matin, après une convalescence de deux mois à la suite d’un accident de ski qui lui a causé une double fracture à une jambe.

Rencontrée à son bureau de cabinet en compagnie du conseiller Michel Potvin, Mme Néron s’est dite en pleine forme physique et prête à reprendre du service, elle qui avoue qu’autant au plan professionnel que politique, elle n’a jamais eu à prendre de pause sur une aussi longue durée.

« Je dois effectuer une remise à jour sur certains dossiers, mais Michel Potvin et moi, on s’était mis d’accord dès le début pour qu’il assume ce qui a été entrepris. On a la même façon de travailler. On a des valeurs qui se rejoignent et je le remercie pour le travail accompli. »

Elle avoue que son passage obligé de 300 à 0 km/h a été une occasion de réflexion pour elle.

« J’avais espérance de revenir au travail après un mois. J’ai pris acte de ce que je devais, soit de me remettre sur pied le plus rapidement possible. Mon absence a permis de regarder le conseil de l’autre côté de la table et de voir la dynamique s’installer. »

Même si elle demeure déterminée dans ses engagements, Mme Néron affirme qu’elle a pris le pouvoir à Saguenay dans une période de transition après 20 années de pouvoir assumé par un maire dont la marotte était d’avoir le plus bas taux de taxes possible.

« Pendant cette période, beaucoup de choses ont souffert de ce style de gestion. »

Commentant la sortie récente de l’ex-maire Jean Tremblay sur le dossier de la mise à jour du système d’égout, Mme Néron affirme que ce dernier a beau effectuer des sorties publiques tant qu’il veut, cela ne l’empêchera pas d’expliquer à la population le passé, le présent et l’avenir. « Michel Potvin et moi sommes en mode solution. S’il se sent attaqué, il n’avait qu’à réagir au moment où il gouvernait ».

Rationalisation

Pendant l’absence de la mairesse, le conseil municipal a entériné une résolution visant à demander au directeur général de la ville de sabrer 5,2 M$ dans le budget 2020. Liste des mesures est déjà élaborée. La mairesse précise que le travail a été effectué en tandem entre la fonction publique municipale et les élus. Elle affirme que les décisions qui seront prises seront basées sur des choix éclairés.

« Nous disposons d’une grande liste de possibilités. Le portrait est très bien défini. Nous attendions le retour de la mairesse avant de pouvoir dévoiler ces mesures », a déclaré le président de la commission des finances, Michel Potvin.

La dernière sortie publique de M. Potvin portant sur les performances de la Société de transport de Saguenay (STS) a créé un malaise entre les deux politiciens au point où il lui faut effectuer du rattrapage. Mme Néron affirme que M. Potvin a fait ces déclarations en tant que grand argentier qui doit effectuer des sorties de fonds publics, mais assure que la STS devra poursuivre une mission jugée essentielle.

« La STS se repositionne au niveau des circuits et concentre les services où il y a une masse d’utilisateurs potentiels. Elle a de bons défis à relever dans le contexte environnemental actuel, mais elle caresse de très beaux projets afin d’améliorer la mobilité ou la masse est présente. »

M. Potvin a indiqué qu’une rencontre aura lieu dans les prochains jours entre la direction de la STS et le comité des finances afin d’établir la vision du conseil et tenter de faire mieux avec moins.

À court terme, Mme Néron entend concentrer ses efforts sur les investissements à réaliser dans les prochains mois sur le réseau cyclable à raison de 1 M$ sur trois ans ainsi que l’asphaltage de 40 km de rues, une promesse électorale qu’elle entend remplir.

Elle incite les citoyens à participer en masse aux deux consultations populaires en cours portant sur le développement de la zone ferroviaire ainsi que sur la mise à jour du schéma d’aménagement du territoire. Ce dernier sujet peut paraître aride, mais Mme Néron assure qu’il s’agit d’un document susceptible d’avoir une grande incidence sur la vie des citoyens. En ce qui a trait à la consultation sur la zone portuaire, les deux élus affirment qu’elle devrait permettre de détruire certains mythes voulant que le terrain ne soit pas constructible parce qu’il se situerait en zone inondable ou parce qu’il serait constitué de remblayage.

En ce qui a trait au dossier de la fiscalité municipale et la taxation des usines de Rio Tinto, sujet de divergence au sein des élus, M. Potvin a mentionné qu’une rencontre aura lieu prochainement avec le citoyen André R. Tremblay pour expliquer la position du conseil.

La renégociation du pacte fiscal est également à l’ordre du jour et sur le sujet, Mme Néron envisage divers scénarios. Elle entend d’ailleurs partager sa position avec la Table régionale des élus.