Année financière « exceptionnelle » pour Nutrinor

Des investissements de près de 55 M $ au cours des trois dernières années n’ont pas empêché Nutrinor d’enregistrer des bénéfices de 15,4 M $ pour la dernière année financière.

Les résultats du dernier exercice financier ont été présentés aux membres de la coopérative, jeudi, dans le cadre de l’assemblée générale annuelle tenue à l’Hôtel du Jardin de Saint-Félicien. En soustrayant les impôts, amortissements et intérêts, le bénéfice net est de 11,2 millions de dollars.

Si les membres entérinent la proposition du conseil d’administration, ils vont se partager une ristourne de 3,2 M $, comparativement à 2,35 M $ pour l’an dernier.

« Quand une entreprise investit massivement comme on l’a fait, il y a normalement une petite baisse au niveau des bénéfices puisqu’il faut prendre le temps de tout absorber, a mis en contexte le chef de la direction de Nutrinor, Yves Girard, en entrevue téléphonique. Nos bénéfices ont plutôt monté, ce qui veut dire que les choix d’investissements ont été les bons, et que nos mises en opération se sont faites plus rapidement. On est contents que ce soit ça et je dois dire que c’est au-delà de nos prévisions budgétaires. »

La planification stratégique, revue tous les trois ans, y est pour quelque chose, selon M. Girard.

« Ça va vite, donc si tu t’assois sur une planification pendant cinq ou six ans, tu risques de te faire dépasser, a-t-il observé. On a pris des orientations très précises dans nos marchés et on a essayé de ne pas faire comme les plus grands, considérant qu’on est petit dans un marché de grands. »

Pour Yves Girard, la coopérative a prouvé, par ses actions, qu’elle se situait dans une optique de développer des produits innovants à l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean, tout en demeurant un pilier dans son milieu. Le chef de la direction a par exemple rappelé que Nutrinor faisait des affaires dans l’univers pétrolier depuis 1956, mais que l’arrivée de la bannière Nutrinor énergie avait permis à la population d’adopter la marque régionale. Auparavant, Nutrinor approvisionnait la bannière Sonic.

À ce jour, on compte 22 points de vente de Nutrinor énergie, dont 12 sont gérés par la coopérative. Les 10 autres sont opérés par des forfaitaires.

L’acquisition de la Fromagerie Champêtre de Repentigny, qui vient compléter une offre avec la Fromagerie Perron dans la région, en plus de la transaction pour obtenir la Boulangerie du Royaume, est au nombre des bons coups récents de la part de Nutrinor. La fusion avec la Coopérative des deux rives de Normandin lui a aussi permis de s’imposer en leader.

Les projets ne manquent pas pour la coopérative, au cours des prochains mois. Une consolidation des services demeure toutefois une priorité.

Nutrinor compte près de 800 employés et elle est la propriété de 1075 membres producteurs agricoles. Jonathan Hudon