Lucien Martel, maire de L’Anse-Saint-Jean
Lucien Martel, maire de L’Anse-Saint-Jean

Anjeannois âgés: plus de 250 appels par semaine

Le comité de crise formé par la municipalité de L’Anse-Saint-Jean continue d’être actif auprès des personnes âgées de plus de 70 ans en logeant environ 250 appels téléphoniques par semaine afin de s’assurer que les besoins de base de tous soient comblés.

Selon le maire Lucien Martel, la période de pause imposée par la Santé publique du Québec ne signifie pas que tout le monde est au repos, loin de là. « Depuis le début, j’ai la tête ailleurs. On est dans le téléphone du matin au soir, au sein du comité de crise », explique-t-il.

Même si certaines personnes de plus de 70 ans sont inquiètes ou vivent des situations précaires, M. Martel juge que la situation va relativement bien dans sa municipalité. « Il y a un pourcentage élevé de personnes âgées et de couples de plus de 70 ans. Généralement, les gens apprécient nos appels. Certains citoyens ont fait part leur volonté de ne pas recevoir d’appels de veille de la part des bénévoles, mais on cherche tout de même à connaître leur situation en passant par des personnes qui ont de l’influence », explique M. Martel.

Parmi les tranches de la population avec qui L’Anse-Saint-Jean souhaite resserrer les liens afin de bien faire comprendre les mesures sanitaires figurent les adolescents. « C’est un peu contre nature pour eux d’être à la maison avec leurs parents. On veut voir s’il y a des initiatives qu’on peut prendre pour leur dire qu’ils peuvent contracter le virus sans avoir de symptômes et qu’ils peuvent le transmettre à leurs parents et grands-parents. On cherche à les rejoindre. »

Par ailleurs, L’Anse-Saint-Jean ne compte plus aucun cas de personnes atteintes de la COVID-19 sur son territoire, selon M. Martel. Les quatre personnes diagnostiquées depuis le 15 mars ont effectivement reçu la confirmation de la Santé publique qu’elles étaient guéries.