Une vingtaine de parents intéressés par le programme anglais intensif de la Commission scolaire des Rives-duSaguenay ont participé, mardi soir, à la séance de consultation portant sur le déménagement de classes du primaire dans les écoles secondaires. Outre quelques préoccupations sur les récréations, les parents ne sont pas opposés au projet.

Anglais intensif: un déménagement de classes non contesté

Tous les élèves du primaire qui seront retenus au programme anglais intensif de la Commission scolaire des Rives du Saguenay (CSRS) devraient se retrouver dans les écoles secondaires dès l’automne 2020. Invités à se prononcer sur ce projet de déménagement de classes, les parents intéressés par ce programme ne se sont pas opposés, mardi soir, lors de la soirée de consultation.

La CSRS, rappelons-le, souhaite transférer ce programme destiné aux jeunes de 6e année vers les écoles secondaires Charles-Gravel de Chicoutimi et des Grandes-Marées de La Baie. À l’heure actuelle, ce programme est dispensé aux écoles primaires de Sainte-Claire et Saint-Joseph, situées respectivement à Chicoutimi et La Baie.

« La décision finale n’est pas encore prise. Ça se fera mardi, par le conseil des commissaires », a précisé la présidente de la CSRS, Liz S. Gagné. Mais avec l’absence d’une réelle opposition, tout porte à croire que le projet se concrétisera.

Les parents se sont cependant montrés inquiets face à la fin de la récréation de 20 minutes le matin et l’après-midi. En effet, les jeunes du programme devront suivre le même horaire que les élèves du secondaire qui, eux, précisons-le, bénéficient de plus courtes pauses à quelques occasions dans la journée.

« C’est en effet une de nos préoccupations et nous nous y penchons. Nous sommes en train d’élaborer des solutions. Mais l’école secondaire est un milieu de vie actif, les jeunes ont plus de choix dans leurs activités, il y a du parascolaire », pointe Stéphanie Audet, responsable des communications à la CSRS.

« Les jeunes du programme, ce sont aussi des jeunes plus performants. Il y a les laboratoires, la bibliothèque, le gymnase. Ces jeunes auront accès à ces installations », ajoute-t-elle.

Des réponses qui ont d’ailleurs rassuré la plupart des parents qui songent à inscrire leur jeune à la prochaine cohorte du programme. « Je ne vois que du positif », a lancé une mère de famille, visiblement satisfaite des réponses de la direction.

C’est à la demande des enseignants du programme anglais intensif que la CSRS a entamé le processus de déménagement. « Le déménagement va aider à libérer de l’espace dans les écoles primaires. Avec les maternelles 4 ans, on a besoin de locaux. Mais c’est aussi pour donner un milieu de vie stimulant aux jeunes que ce déménagement a été proposé par les enseignants », précise la directrice générale de la CSRS, Johanne Allard, ajoutant que les enseignants changeront également d’école.

Plus de classes ?

Sur la trentaine d’établissements du primaire, seulement trois écoles de la CSRS offrent le programme anglais intensif avec sélection. Deux autres établissements ont cependant des programmes démocratisés, c’est-à-dire offerts à tous les élèves. Cette formule est dispensée aux élèves de 5e année.

À la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean, cette formule démocratisée se retrouve dans toutes les écoles du territoire. À la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets, c’est plus de 20 % des écoles primaires qui offrent aussi ce type de programme.

À Saguenay, la direction n’a pas l’intention pour le moment d’augmenter le nombre de classes. « On n’a pas de demande de parents ou d’enseignants. Et pour ouvrir des classes, ça prend une demande. Je pense que pour le moment, notre offre répond au milieu », a mentionné Mme Gagné.

À la Commission scolaire De La Jonquière, une seule école offre le programme traditionnel avec sélection. Trois écoles primaires du secteur proposent différentes formules intégrant un apprentissage intensif de l’anglais.