La candidate caquiste dans Chicoutimi, Andrée Laforest, était entourée de la députée Geneviève Guilbeault et des candidats Lionel Carmant (Taillon), François Tremblay (Dubuc), Benoit Rochefort (Jonquière) et Éric Girard (Lac-Saint-Jean).

Andrée Laforest officialisée dans Chicoutimi

Andrée Laforest, candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Chicoutimi, sait très bien que les électeurs montrent un grand respect à la famille Bédard (Marc-André et Stéphane), mais croit que la circonscription est mûre pour du changement. Sur le projet d’amphithéâtre de 80 M$ de Saguenay, la candidate caquiste entend sonder le terrain avant de prendre une décision.

Sachant fort bien que la circonscription de Chicoutimi appartient au Parti québécois depuis 1973, la femme d’affaires et mère de quatre enfants estime qu’il est possible de convaincre les électeurs de changer de camp.

« Ça fait un bout que je pose des questions et sur le terrain, les gens sont vraiment prêts à écouter et à avoir du changement. La CAQ est la bienvenue au Saguenay-Lac-Saint-Jean. J’ai beaucoup de respect pour la famille Bédard, mais maintenant on est rendu plus loin, on veut faire avancer et on veut changer aussi dans la région. Tant mieux pour les nouveaux projets et l’avancement et M. Legault », mentionne Mme Laforest.

Sur le projet de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, de construire un amphithéâtre, une autogare, une place des festivals, un marché public et une scène extérieure, la candidate caquiste ne prend pas d’engagement formel sur la possibilité que la CAQ, si le parti est porté au pouvoir, puisse financer le projet à hauteur de 50 pour cent.

« Je sais qu’il y a beaucoup de division sur ce dossier. Au niveau des citoyens, il faudra vérifier, sonder sur le terrain. Il y a aussi le conseil municipal et il faudra vérifier leurs opinions. Suite à ça, on prendra les dispositions nécessaires pour voir si le projet peut avoir lieu. C’est sûr que je suis une fille de projet. Si c’est pour, si c’est contre, on évaluera. Mais il est trop tôt pour évaluer », a précisé la candidate sur les enjeux de la circonscription.

Femme d’affaires

Andrée Laforest, copropriétaire de l’entreprise Eugène Allard et directrice et propriétaire de l’Académie (garderie Mini-Amours et de la prématernelle Mini-Amours), entend travailler sur les dossiers de famille, d’éducation et de santé en région.

« Ce qui me rejoint avec la CAQ, c’est l’accessibilité à la prématernelle quatre ans pour tous, mais d’une manière de qualité. Également, l’augmentation des heures d’éducation physique au secondaire. Je suis au fait des préoccupations des familles, tout en aidant les enfants en difficultés et dans le besoin. »

« J’entends stimuler l’entrepreneuriat dans Chicoutimi, inviter les jeunes à revenir en région. Je m’implique en politique pour changer les choses et je veux que Chicoutimi ait une place importante à l’Assemblée nationale », d’indiquer Mme Laforest.

La candidate caquiste dit ne pas avoir eu de promesse du chef François Legault quant à la possibilité d’hériter du ministère de la Famille. « Il n’y a eu aucune promesse et il n’y a pas d’espoir », a-t-elle conclu.