Andrée Laforest s’est vite sentie à l’aise dans ses nouvelles fonctions, malgré son absence d’expérience en politique.
Andrée Laforest s’est vite sentie à l’aise dans ses nouvelles fonctions, malgré son absence d’expérience en politique.

Andrée Laforest: de la garderie au Salon bleu

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Chaque matin, la ministre Andrée Laforest se lève à 5h. Deux cents pages d’articles de journaux, qui couvrent les 1039 municipalités du Québec, l’attendent. Elle lit le tout religieusement, afin de connaître les dossiers sur lesquels elle sera appelée à travailler. «Être ministre, c’est énormément d’études. Je lis tout le temps! Et je ne veux surtout pas arriver devant un dossier sans le connaître», explique la députée de Chicoutimi et ministre de l’Habitation et des Affaires municipales, qui conclut une première année de travaux à l’Assemblée nationale. Et celle qui n’avait aucune expérience en politique il y a un an à peine se dit très fière du travail accompli.