Andrée-Anne Bouchard espère qu’une campagne de sociofinancement lui permettra d’adapter une résidence.

Andrée-Anne veut être libre

Vivant avec un sévère handicap physique, une jeune femme de 21 ans rêve de plus d’autonomie. L’Almatoise Andrée-Anne Bouchard a lancé une campagne de sociofinancement pour reprendre et adapter la résidence familiale située à Hébertville, au Lac-Saint-Jean.

Celle qui souffre d’arthrogrypose congénitale multiple a bien l’intention de réaliser son rêve grâce à la campagne Née pour être libre sur la plateforme Gofundme. L’objectif de 10 000$ permettra de réaliser des travaux dans la salle de bain et dans d’autres portions de la maison, qui appartient toujours à la famille, et qui a déjà été adaptée il y a une dizaine d’années. 

Abandonnée par le système

À l’âge de 19 ans, le système de santé a évalué Andrée-Anne. Vivre en CHSLD était la seule option pour celle qui aspirait à quitter le domicile familial. C’est à ce moment que la jeune femme s’est mise en mode survie. «On est prêt à me placer dans un foyer, mais on ne veut pas me donner ce qu’il faut pour que je vive seule», ajoute celle qui vit avec un bras robotisé.

Demander de l’aide, c’est ce qui est le plus difficile pour la jeune femme qui se déplace avec l’aide d’un fauteuil roulant motorisé. «C’est ma réalité! La nuit, le matin, peu importe la raison, je dois toujours demander. C’est lourd! Socialement, rien ne peut m’aider», ajoute celle qui devra se débrouiller avec une aide d’environ 20 heures par semaine. À l’exception des soins à domicile, Andrée-Anne se sent oubliée par le système. «C’est difficile de voir cela. Les gens se mobilisent pour plein de causes, pour les animaux. Mais qui travaille pour nous? Personne n’ira dans la rue avec des casseroles pour nous», ajoute celle qui dit se trouver entre deux cases du système.

Pour le moment, Andrée-Anne Bouchard a besoin de quitter le nid familial. Elle habite présentement avec sa mère, à Alma. «Avec ma mère, je ne peux tester mes limites et franchir un pas de plus dans mon autonomie. Je pense être en mesure de faire plusieurs choses, mais je dois me lancer afin de le savoir réellement», précise l’étudiante en techniques de comptabilité et de gestion au Collège d’Alma qui désire poursuivre des études universitaires et rejoindre le marché du travail. À court terme, elle souhaite que sa maman retrouve son rôle premier de mère, délaissant celui de préposée.

Aidée par la communauté

Au fil des années, la famille d’Andrée-Anne a croisé plusieurs grands coeurs sur sa route. En 2006, alors que sa mère luttait depuis trois ans avec le gouvernement afin d’obtenir une aide financière destinée à adapter sa demeure, un entrepreneur a levé la main pour les aider. Des travaux de plus de 6000$ ont été réalisés à la suite de l’initiative de Damien Gagnon et de plusieurs autres hommes d’affaires. 

Il y a quatre ans, Andrée-Anne a reçu un cadeau d’une valeur inestimable alors qu’un de ses oncles a réalisé une collecte de fonds pour l’achat d’un bras robotisé de 37 000$. «Avec JACO, je peux boire, prendre des choses et me brosser les dents. Cela me permet une grande autonomie. Je suis passée de rien à 100% d’autonomie», précise-t-elle. Sans ce robot, Andrée-Anne ne serait pas en mesure de vivre dans son propre appartement. La tête pleine de projets, la jeune femme de 21 ans espère que les travaux se réaliseront avant la prochaine rentrée scolaire. D’ici là, elle compte toucher un maximum de gens, et ce, même en dehors des limites de la région afin que la campagne soit un réel succès. Très croyante, Andrée-Anne Bouchard fait confiance à la vie. Elle a la réelle impression que les choses se placeront au bon moment.

https://www.gofundme.com/maison-adaptee-pour-une-vie