Marc Asselin, maire d’Alma.
Marc Asselin, maire d’Alma.

Alma utilisera le tiers de son surplus pour contrer les impacts de la pandémie

La Ville d’Alma utilisera le tiers de son surplus budgétaire de 4,7 M$ pour prévenir les impacts de la pandémie de la Covid-19 sur l’économie.

(Thomas Dufour) - La Ville a présenté un budget dans le vert, lundi, lors d’une séance du conseil municipal.

Malgré ce bon résultat, les impacts économiques de la pandémie sont « déjà palpables », selon le maire Marc Asselin. Avec le ralentissement de l’économie, il anticipe des pertes de revenus pour la ville. 

Le conseil municipal a reporté le paiement du deuxième versement du compte de taxes municipales au 1er septembre 2020. Cette mesure permet d’alléger la charge financière des citoyens et des entreprises, mais retarde l’entrée de revenus pour la Ville. 

Les taux d’intérêt offerts par la Ville seront très bas pour favoriser la relance, ce qui représentera aussi une perte de revenus. 

La somme de 1,5 M$ mise de côté servira à financer des activités de la ville affectées par la pandémie. « Certains services coûteront plus cher qu’à l’habitude à cause du confinement et des mesures de protection du personnel, explique M. Asselin. Par exemple, le camp de jours accueillera moins d’enfants, mais sera plus cher à opérer. »

La Ville tentera dans les prochains mois d’offrir un soutien aux entreprises locales. « On redémarre tranquillement l’économie, mais ce n’est pas facile, indique le maire. Ce n’est peut-être pas tous les gens d’affaires qui vont s’en sortir, mais il faut essayer au moins de garder le maximum. »

Une bonne façon de faire vivre les entreprises de la région est d’acheter local, rappelle M. Asselin. 

Un budget balancé

Avec un budget de 68,1 M$ et un surplus de 4,7 M$, les résultats financiers de 2020 ressemblent beaucoup à ceux des dernières années. Les finances sont dans le vert et le montant de la dette à long terme a diminué de près d’un million de dollars pour atteindre 19 M$. 

Avec un montant de 618$ par individu, la dette municipale des Almatois est 2,6 fois plus petite que la moyenne québécoise. 

« On a une situation enviable, mais il faut continuer à surveiller et à se battre pour maintenir les entreprises qui nous permettent de bien vivre », indique le maire Asselin. 

Le bon état des finances municipales avait permis en 2019 le réaménagement de la rivière Petite-Décharge ainsi que la construction de la nouvelle capitainerie au Centre de villégiature Dam-en-Terre.

La Ville financera cette année l’aménagement du parc Falaise et de la scène Festivalma à hauteur de 800 000$, des dépenses prévues depuis janvier. 

Pour les autres projets d’envergure, le conseil municipal décidera s’il a la marge de manoeuvre pour investir au courant des prochains mois.