En adoptant cette façon de faire, Marc Asselin et ses acolytes ont fait une rupture avec le passé. Alma a maintes fois été citée en exemple pour sa transparence, à une époque où les demandes d'accès à l'information s'accumulent à Saguenay.

Alma termine l'année 2014 avec un surplus

La ville d'Alma termine l'année 2014 avec un surplus de 1,2 million $ sur un budget de fonctionnement dépassant les 65 millions $. Mais l'endettement continue son ascension pour atteindre 32,5 millions $, incluant la quote-part de 8,6 millions $ qu'elle doit à la MRC. La dette la plus élevée des dix dernières années.
L'endettement total net par personne a naturellement grimpé pour dépasser le cap du 1000 $.
« Les finances de la ville sont en santé », s'est exclamé le maire d'Alma, au dépôt du rapport financier de la municipalité, effectuée hier soir, lors de la séance ordinaire. « Oui, l'endettement par personne est à 1039 $, mais ça demeure un des plus bas résultats du Québec. On a investi des sommes importantes pour moderniser nos infrastructures. On pense entre autres choses au Centre Mario Tremblay, qui sera inauguré à l'automne. Il faut préciser aussi que la dette englobe celle que l'on partage avec la MRC. Elle inclut aussi une dette des gens d'affaires du centre-ville que la municipalité a endossée. Il y a aussi les emprunts qui seront remboursés par le dépôt de subventions », énumère Marc Asselin, rappelant que dans les projets subventionnés, la ville doit tout de même emprunter la totalité de la somme avant d'être remboursée.
La municipalité a également mis de côté quelques réserves en prévision des Jeux du Québec du 150e anniversaire de la ville en 2017.
« On a mis 300 000 $ de côté, comme l'an dernier. On veut avoir une réserve 1,2 million $ pour 2017. Il faut être prêt pour ces deux grands événements », ajoute le maire d'Alma.