Le maire d'Alma, Marc Asselin

Alma derrière les médias locaux

Le conseil municipal d’Alma demande aux gouvernements provincial et fédéral d’utiliser les revenus tirés de la taxation des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) afin de maintenir la diversité de l’information régionale. L’appui aux médias régionaux des élus almatois s’est exprimé, lundi soir, lors de la séance ordinaire du conseil municipal par le biais d’une résolution appuyée par tous.

« Considérant que le conseil municipal de la Ville d’Alma croit que la diversité de l’information régionale est essentielle à l’exercice de la démocratie », peut-on lire dans la résolution transmise à plusieurs élus, dont le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

La Ville d’Alma y va de cette suggestion alors que des discussions entourant une taxe GAFAM internationale sont à prévoir au cours de l’année.

« C’est important de le faire. C’est très difficile, de plus en plus, pour nos réseaux d’informations, nos réseaux télévisés, nos réseaux électroniques et écrits. Ces structures que nous venons de mentionner, Amazon et compagnie, ne payent jamais de redevances à qui que ce soit et font extrêmement mal à nos structures locales et nationales. Il va falloir que ça cesse ou bien on va devoir systématiquement fermer la production chez nous pour encourager la production d’extérieur qui ramasse les profits, qui ramasse l’argent et qui ne paye jamais un bout de trottoir, un bout d’hôpital ou un bout d’école », a ajouté le maire d’Alma, Marc Asselin, qui a rappelé l’importance de se tenir debout.

Appui à l’industrie du taxi

La Ville d’Alma, reconnue pour son service de transport collectif Taxibus, a également démontré son appui à l’industrie régionale du transport par taxi. L’initiative découle de l’étude qui est faite du projet de loi 17 concernant le transport rémunéré de personnes par automobile.

« Les membres du conseil municipal demandent au gouvernement du Québec d’assurer un service de transport adéquat dans la région qui couvre tout le territoire à toutes heures », lit-on dans la résolution adoptée, lundi soir.

Le conseil municipal s’appuie, entre autres, sur l’importance de ce service pour l’accessibilité du transport adapté aux personnes vulnérables et à mobilité réduite, l’obligation de couverture du territoire par le service de transport par taxi et la réduction de gaz à effet de serre. Les élus soulignent également qu’une reconfiguration de l’industrie pourrait être à l’origine de l’incertitude des revenus pour les familles concernées et les municipalités.

Accès à un médecin traitant les allergies

La Ville d’Alma s’est également montrée concernée face à l’accessibilité des médecins traitant les allergies. Une résolution transmise aux élus régionaux souligne que « toute la région doit pouvoir compter sur un spécialiste en allergies en région, ce qui permet à plusieurs patients d’éviter de devoir rencontrer un allergologue à l’extérieur de la région ». La Ville demande à la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, « de dénouer le dossier en permettant d’assurer l’accès à un médecin affecté aux problèmes de santé liés aux allergies », en plus d’assurer une couverture adéquate en pédiatrie à l’hôpital d’Alma.

Par ailleurs, cette séance ordinaire du conseil municipal fut l’occasion de remanier les présences aux comités. Le maire d’Alma a procédé à un jeu de chaises au sein de la vingtaine de comités. Les conseillers municipaux et le maire présideront ou siégeront comme membres ou à titre de délégués au sein de plusieurs comités, et ce, jusqu’à la fin de l’actuel mandat, soit le 7 novembre 2021.