Le maire d’Alma, Marc Asselin, s’ajoute aux élus qui prennent la défense du Publisac.
Le maire d’Alma, Marc Asselin, s’ajoute aux élus qui prennent la défense du Publisac.

Alma à la défense du Publisac

C’était au tour du maire d’Alma, Marc Asselin, lundi soir, de prendre position en faveur du Publisac. Le conseil municipal almatois se range derrière le système actuel, qu’il considère comme un « vecteur économique respectueux de l’environnement, un diffuseur médiatique local de première importance et un acteur socioéconomique essentiel pour les populations défavorisées ». Drôle de hasard, la prise de position s’est faite devant une vingtaine de membres du regroupement Alma en transition.

Le maire d’Alma tenait à présenter la résolution « Appui – Maintien du système actuel de distribution du Publisac », qu’il qualifie de « raisonnable ». « Encore aujourd’hui, la foresterie est le plus gros employeur au Québec avec plus de 60 000 personnes qui y travaillent, dont 20 000 à Montréal. Cependant, il y a des règles qu’on veut changer et qui pourraient affecter énormément l’existence de plusieurs scieries et chez nous, on parle de l’existence de plusieurs villages », a-t-il mentionné, avant d’amorcer la lecture de la résolution.

« Considérant que l’industrie des pâtes et papiers est fortement implantée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et qu’elle génère des milliers de bons emplois bien rémunérés », lit-on dans ladite résolution.

Le maire d’Alma ne s’est pas gêné pour mentionner que les gestes posés par les grands centres peuvent avoir une incidence sur les régions. « Si demain matin, drastiquement, on arrêtait la production du Publisac, on aurait une vague de chômage ici qui serait assez impressionnante. Et c’est déjà suffisamment difficile de maintenir notre économie en région éloignée, c’est comme ça qu’on se fait qualifier à Montréal », a exprimé le maire Marc Asselin.

Il en a profité pour rappeler que la fibre utilisée provient de résidus découlant de la fabrication du bois de construction. L’élu est d’avis que cette offre publicitaire est un parfait exemple d’économie circulaire, ce vers quoi le Québec se dirige pour les années à venir.

Alma en transition revient à la charge

Le regroupement Alma en transition était de retour au conseil municipal, un peu plus d’un an après avoir rempli la salle habituellement peu occupée. Lundi soir, ils étaient une vingtaine à assister à la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville d’Alma. Ils ont été plusieurs à prendre la parole à la suite de la résolution appuyant le Publisac et pour proposer certaines idées.

Les citoyens qui se sont présentés au micro et ont souligné la collaboration et l’ouverture de la Ville d’Alma devant les idées et les projets accolés au regroupement Alma en transition au cours de la dernière année.