Bien qu’il soit surpris par certaines nominations du cabinet des ministres de Justin Trudeau, Alexis Brunelle-Duceppe croit qu’il faut « laisser la chance au coureur ».

Alexis Brunelle-Duceppe « laisse la chance au coureur »

Joint mercredi soir, le député bloquiste de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, a commenté le cabinet des ministres en affirmant qu’« il faut toujours laisser la chance au coureur ».

Le nouveau député a aussi qualifié d’« assez surprenantes » les nominations de Jonathan Wilkinson et de Steven Guilbault. Ce dernier, un écologiste, a été nommé ministre du Patrimoine canadien. C’est plutôt son confrère de l’Ouest canadien qui a hérité du ministère de l’Environnement et du Changement climatique. « J’ai entendu qu’il y a de la déception, parce que chaque fois qu’il y avait un dossier environnemental, M. Guilbault répondait aux questions », explique Alexis Brunelle-Duceppe, qui croit que la forte majorité par laquelle M. Guilbault a été élu témoigne de l’importance accordée par les électeurs aux enjeux entourant les changements climatiques.

Le député de Lac-Saint-Jean s’est également prononcé sur la nomination de Pablo Rodriguez au poste de lieutenant du Québec, remettant en question la disponibilité de M. Rodriguez à exercer de telles fonctions et l’accusant d’avoir laissé entendre que le Bloc québécois était un parti raciste en raison de ses positions par rapport à la langue et à la culture au Québec.

Par ailleurs, M. Brunelle-Duceppe affirme être curieux quant au ton utilisé à la Chambre des communes. « [Quand je suis arrivé à la Chambre des communes], j’ai dit à Yves-François (Blanchet) que ce n’était pas vrai qu’on allait commencer à taper sur nos bureaux. Le comportement des conservateurs et des libéraux, vraiment, c’était indécent. J’ai hâte de voir parce qu’en ce moment, ça fait dur. Il y a une façon de mieux se parler, de mieux s’écouter. »