Le directeur général de La Pulperie de Chicoutimi, Jacques Fortin, confirme que son organisme a eu besoin d’une aide d’urgence de 137 000$ de la part de la Ville pour boucler le budget 2018.

Aide financière d’urgence à La Pulperie

La Pulperie de Chicoutimi a grand besoin de liquidités. Si bien que Saguenay a récemment dû avancer une aide d’urgence à la Corporation du musée régional pour qu’elle puisse fermer ses livres au terme du présent exercice financier.

L’envoi d’un chèque de 137 000 $ à La Pulperie a été avalisé par le comité exécutif de Saguenay à la fin du mois de septembre. La Ville a ainsi répondu favorablement à une demande de « soutien financer exceptionnel » formulée par l’organisme, qui a fait état « d’un problème urgent de liquidité ».

Le directeur général, Jacques Fortin, explique que ce besoin d’argent a été causé par l’obligation, pour le musée, de faire des travaux sur les quatre bâtiments de La Pulperie. Ces investissements, souvent imprévus, ont été réalisés sur une période de huit ans.

« En huit ans, on a mis environ 20 000 $ par année pour des travaux en lien avec la fenestration, la climatisation et toutes sortes de bris que nous avons dû réparer. Tous ces travaux en immobilisations nous ont forcés à débourser de l’argent qui, en temps normal, nous sert pour nos expositions et pour poursuivre notre mission. Normalement, on réussit toujours à balancer, mais là, on commençait à avoir des problèmes de ‘‘cash flow’’ », a expliqué Jacques Fortin, au cours d’une entrevue téléphonique.

Soutien du MCCQ

Jacques Fortin explique que le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) a déjà répondu favorablement à une demande de subvention visant à rénover le bâtiment 1903. Une deuxième enveloppe de 1,5 million $ a été demandée. De plus, le MCCQ a été sollicité par la Corporation du musée régional il y a 18 mois pour un projet majeur de rénovation du bâtiment principal, le 1921, totalisant 5,2 millions $. La direction est toujours en attente d’une réponse et Jacques Fortin se croise les doigts. Cette somme permettrait de réaliser tous les travaux requis pour améliorer le bâtiment et assurer sa pérennité.

En échange du chèque de 137 000 $, la Ville a demandé à La Pulperie de fournir un plan d’entretien préventif des équipements, des bâtiments et du site, de même qu’un plan de développement « afin d’éviter qu’une situation semblable se reproduise ».