Aide aux populations vulnérables: Saguenay obtient 50 000 $ de la FAMC

La Ville de Saguenay recevra le soutien de la Fondation de l’Association médicale canadienne (FAMC) pour répondre aux besoins de sa population vulnérable touchée par la COVID-19. Dix millions de dollars seront versés aux municipalités à travers le pays et 50 000 $ seront octroyés à Saguenay.

Grâce à une collaboration avec la Fédération canadienne des municipalités (FCM), la FACM versera les fonds directement aux municipalités afin de les soutenir avec le financement de divers projets, programmes ou services.

« En tant que gouvernements de proximité, les municipalités sont les premiers témoins des conséquences de cette pandémie. Elles voient quelles populations sont les plus durement touchées et savent comment diriger efficacement ces fonds afin d’obtenir des résultats tangibles. Cette initiative leur permettra de rejoindre davantage de personnes vulnérables, en particulier celles vivant en situation d’itinérance ou avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, afin de mieux les protéger et de leur apporter l’aide dont elles ont besoin », a mentionné Bill Karsten, président de la FCM, par voie de communiqué.

Les fonds versés par la FAMC pourront notamment servir à créer des lieux conformes aux mesures d’éloignement physique, à soutenir des programmes alimentaires communautaires ou à offrir l’équipement de protection individuelle à ceux qui travaillent dans ces milieux.

Les organismes de la région qui recevront l’aide financière seront déterminés dans les prochaines semaines, explique Josée Néron, mairesse de Saguenay.

« Il s’agit d’une excellente nouvelle que celle de recevoir une aide financière afin d’aider les citoyens de Saguenay qui sont le plus affectés psychologiquement par la COVID-19. Nous verrons dans les jours et les semaines à venir à discuter avec les organismes qui œuvrent avec les personnes vivant de manière itinérante ou qui souffrent d’une maladie mentale, afin que les 50 000 $ servent de la meilleure façon possible. »

Brigitte Bergeron, conseillère municipale de Chicoutimi et présidente de la Commission des Services communautaires, vie de quartier et développement social, affirme toutefois que les versements de ces dons devraient davantage être tournés vers les secteurs de la santé mentale et de l’itinérance. « Remettre un dollar à ces organismes, c’est comme en remettre cinq. Pour bien comprendre l’impact de ce don dans la ville, il faut pratiquement le multiplier par cinq. »