La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann (au centre), a confirmé la réalisation du plan fonctionnel et technique pour la rénovation de l’urgence de l’hôpital de Jonquière. Elle était accompagnée de la présidente et directrice régionale du CIUSSS, Julie Labbé, de la médecin-chef de l’urgence, Dre Mélodie Pedneault, de la ministre responsable de la région, Andrée Laforest, ainsi que du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Agrandissement de l'urgence à Jonquière: une première étape franchie

La ministre de la Santé et des Services sociaux du gouvernement du Québec, Danielle McCann, et sa collègue des Affaires municipales et responsable de la région, Andrée Laforest, ont confirmé la réalisation du plan fonctionnel et technique pour la réfection du service d’urgence de l’hôpital de Jonquière.

Cette nouvelle a été applaudie par la direction du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean et la représentante de l’équipe médicale et médecin-chef de l’urgence de l’hôpital de Jonquière, Dre Mélodie Pedneault. La titulaire de la Santé a immédiatement précisé qu’il était difficile pour le moment de fixer un prix pour la transformation de l’urgence ainsi qu’un échéancier.

« C’est ce qui sera déterminé dans le plan fonctionnel et technique », a expliqué Mme McCann. Tout en demeurant prudente, elle a ajouté qu’en général, les projets de modernisation des salles d’urgence au Québec se traduisaient par une augmentation significative de la superficie. Il est question de doubler ou tripler le nombre de pieds carrés.

Quant au budget, il varie de 25 à 40 M$ selon l’évaluation sommaire de la ministre McCann. Le projet s’inscrit dans le processus administratif pour les projets entre 5 et 50 M$ du ministère. La présidente du CIUSSS, Julie Labbé, croit qu’il sera possible de compléter cette première étape importante dans un délai de 12 à 18 mois. Il sera alors possible d’avoir une meilleure idée des échéanciers et des coûts de transformation.

La décision du ministère d’autoriser la réalisation du plan repose sur des critères de sécurité, de confidentialité, d’augmentation de l’espace de travail pour le personnel et d’accessibilité aux services.

Selon Julie Labbé, l’urgence de l’hôpital de Jonquière accueille en moyenne 27 000 personnes année après année. Elle considère que les personnes qui se présentent à l’urgence recevront des services améliorés avec la rénovation des locaux qui répondront aux normes actuelles. La dernière réfection de l’urgence remonte aux années 1990.

« En ce moment, les gens sont séparés seulement par des rideaux. C’est moins confidentiel. La réfection des locaux permettra d’avoir un meilleur contrôle sur la prévention des infections », explique la chef de l’urgence. Elle ajoute que ses collègues souhaitent l’ajout de nouvelles salles de consultation pour être en mesure de rencontrer les patients.

La ministre caquiste a indiqué que le projet de réfection de l’urgence de l’hôpital de Jonquière avait à l’époque été mis de côté. Elle n’a pas expliqué les raisons pour lesquelles ce projet avait été délaissé par le ministère.

Sa collègue Andrée Laforest a de son côté réitéré l’engagement du gouvernement caquiste de supporter les infrastructures en santé dans les régions du Québec. Cette annonce confirme, selon la ministre Laforest, cette volonté du gouvernement. Elle ajoute que ce geste démontre en même temps qu’elle entend jouer son rôle de ministre régionale et de veiller à ce que le gouvernement réponde aux attentes des citoyens de toute la région même si elle est députée de Chicoutimi.

D’autre part, Julie Labbé a confirmé que des travaux mineurs seront réalisés à l’entrée du garage de l’urgence de l’hôpital de Jonquière dans les prochains jours afin de permettre aux nouvelles ambulances d’entrer sécuritairement.

Le changement de garde à la direction du CIUSSS de la région semble avoir provoqué certains changements puisque le communiqué officiel émis lundi par le ministère fait état de l’hôpital de Jonquière. Le terme « installation » semble avoir été abandonné par la nouvelle direction.