Des plans des travaux d’agrandissement et de rénovation de l’aérogare de l’Aéroport Saguenay/Bagotville ont été présentés, mardi.

Aéroport Saguenay/Bagotville: 6,2 M$ pour l’aérogare

Le dossier de la rénovation et de l’agrandissement de l’aérogare de l’Aéroport Saguenay/Bagotville a franchi un pas important, mardi, alors que le gouvernement du Québec accorde une aide financière de 6,2 M $ au projet de 21 M $.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, accompagné de la députée de Chicoutimi et ministre, Andrée Laforest, et de la mairesse Josée Néron, en a fait l’annonce, mardi, 52 ans après l’ouverture de l’installation qui n’a jamais subi de modifications majeures. Les députés caquistes Éric Girard, Nancy Guillemette et François Tremblay étaient également présents, de même que plusieurs conseillers municipaux de Saguenay.

Les travaux, qui se termineront en 2021, consisteront à agrandir de 1000 mètres carrés le bâtiment actuel de 3178 mètres carrés afin de le rendre plus fonctionnel pour les voyageurs et touristes qui se font de plus en plus nombreux. La députée Laforest a rappelé que l’an passé l’aérogare a accueilli 120 000 passagers, soit 9 % de plus que l’année précédente. « Ça fait 11 ans qu’on attendait un investissement à Saguenay/Bagotville. On est chanceux d’avoir des installations comme ici. Il s’agit d’une annonce importante pour les gens du Saguenay, mais aussi du Lac-Saint-Jean », a commenté Mme Laforest.

Les quatre députés régionaux de la CAQ, François Tremblay, Nancy Guillemette, Éric Girard, Andrée Laforest, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, et le ministre des Transports, François Bonnardel, ont annoncé l’octroi d’une aide financière de 6,2 M$ pour la rénovation et l’agrandissement de l’aérogare de l’Aéroport Saguenay/Bagotville.

La mairesse Néron a avoué avoir de la difficulté à cacher sa joie et entend voir à ce que le projet se concrétise dans le cadre de son premier mandat. Elle a mentionné recevoir régulièrement des témoignages de voyageurs pour qui l’arrivée ou le départ à Saguenay/Bagotville constitue tout un périple. Depuis 1967, l’aérogare n’a subi aucune modification importante et le fait que l’installation civile utilise des pistes d’une base militaire complique les dossiers quand vient le temps de faire appel aux programmes de financement des gouvernements supérieurs.

Selon le scénario de financement prévu, les contribuables de Saguenay assumeront la plus grande part de la facture avec une participation de 12 M $ à laquelle s’ajoute 3 M $ provenant du fonds de perception des frais aéroportuaires.

Les travaux qui se termineront en 2021 consisteront à agrandir de 1000 mètres carrés le bâtiment actuel de 3178 mètres carrés.

La part de Québec provient du volet 2 du programme Rénovation et construction de bâtiments aéroportuaires du Programme d’aide québécois pour les infrastructures aéroportuaires régionales, doté d’une enveloppe de 100 M $ jusqu’au 31 mars 2022.

En ce qui a trait aux détails de la construction, Mme Néron a indiqué que la continuité des opérations de l’aérogare sera assurée tout au long des travaux puisque la première étape consistera à construire la nouvelle section pour procéder par la suite à la rénovation de l’aérogare existant.

Selon les plans préparés par la firme d’architectes Les maîtres d’œuvre, le nouvel aérogare sera tourné vers le futur avec l’utilisation du bois en façade et de l’aluminium afin d’assurer une plus grande transparence sur les aéronefs. L’aspect fonctionnel n’est pas oublié alors que des zone d’attente et espaces plus grands et plus hiérarchisés sont prévus pour les passagers et les bagages, explique Carl Hovington. « La circulation, c’est important pour les passagers quand ils arrivent ou partent. Actuellement, dans les files d’attente, il n’y a pas de salles de toilettes proches », explique Carl Hovington, architecte associé.

Une section du nouvel immeuble est prévue pour recevoir un futur service des douanes, une revendication de la région depuis des années auprès du gouvernement fédéral.

La mairesse Néron et la ministre Laforest ont mentionné que le caractère moderne des installations aéroportuaires devrait permettre aux citoyens de la région d’avoir accès à un plus grand nombre de transporteurs.