Deux actrices pornographiques étaient à Chicoutimi, jeudi, pour les auditions qui se déroulaient dans un autobus modifié garé derrière le bar L’illusion. Les hommes et les femmes étaient invités à participer à un court film qui sera ensuite diffusé sur le site de AD4X. L’événement se tenait toute la nuit.

AD4X récidive avec ses auditions XXX

AD4X a récidivé à Saguenay, jeudi soir. La boîte de production pornographique a filmé ses fameuses auditions XXX, derrière le bar L’illusion de Chicoutimi. L’événement s’est tenu à quelques jours du procès qui oppose Saguenay à l’hôtel Plaza de La Baie qui a été l’hôte de la dernière soirée « casting ». À l’automne dernier, rappelons-le, la Ville a menacé AD4X de représailles si elle filmait son film sur le territoire municipal.

Président de l’entreprise, André de la Seine a tout de même décidé de tenir son événement en septembre dernier. L’entreprise n’a pas reçu de contravention, contrairement à l’établissement baieriverain.

« Au départ, on nous disait qu’on allait recevoir des contraventions. Mais on n’a rien eu. C’est finalement l’établissement qui a reçu les contraventions. Pourtant, il n’y a rien d’illégal », a dénoncé le président d’AD4X, dans une entrevue accordée au Quotidien.

« Mais on voulait revenir rapidement au Saguenay pour un autre ‘‘casting’’. On voulait montrer à la Ville que finalement, on n’a pas peur », a-t-il ajouté, en parlant des menaces de Saguenay. 

Le procès opposant Saguenay et l’hôtel Plaza se tiendra le 29 mai à la cour municipale. L’établissement est représenté par Me Charles Cantin. 

« Je suis très confiant dans ce dossier. À mon avis, il n’y a aucune infraction. On va se défendre ad nauseam », a insisté Me Cantin, préférant garder son argumentaire pour la cour. 

Ville trop puritaine

André de la Seine organise des soirées « casting » depuis près de quatre ans au Québec. Deux villes se sont opposées à ses événements. 

« On se vante d’être une société ouverte. Mais on est très puritain encore. Pourtant, c’est un besoin de base. Et ce sont tous des gens majeurs et consentants. Si c’est bien encadré, on ne verra pas de jeunes filles de 16 ans débarquer », commente le producteur, rêvant d’une société acceptant mieux l’industrie du sexe.

Auditions

Deux actrices pornographiques étaient à Chicoutimi, jeudi, pour les auditions qui se déroulaient dans un autobus modifié garé derrière le bar. Les hommes et les femmes étaient invités à participer à un court film qui sera ensuite diffusé sur le site de AD4X. L’événement se tenait toute la nuit. 

À 20 h, un candidat a brisé la glace avec les deux jeunes femmes. Nicolas, 27 ans, a permis au Quotidien d’assister à la scène qui était filmée dans le motorisé. Les apprentis vedettes pornos peuvent mettre un masque pour tourner le film, mais le représentant en ventes a accepté de montrer son visage.

« Je suis un porc », a-t-il annoncé, visiblement confiant de faire la scène. Mais après 15 minutes, il lui a été impossible d’avoir une érection. « Il ne faut pas que je pense à vous », a laissé tomber Nicolas, en faisant allusion aux trois caméramans. 

Au départ du Quotidien, vers 21 h, une cinquantaine de personnes se trouvaient dans le bar situé sur le boulevard Saint-Paul. Plusieurs songeaient à entrer dans le motorisé, mais préféraient attendre encore quelques heures avant de se lancer. 

Plusieurs personnes s’étaient déplacées aussi pour assister au spectacle de Vandal Vyxen, une populaire vedette porno.

L’événement attire en majorité des hommes, mais quelques femmes faisaient partie de la clientèle. 

« On voit plus d’hommes. Mais dans certaines soirées, on a autant de femmes que d’hommes. Il y a aussi beaucoup de couples qui veulent vivre une aventure avec des actrices pornos. On est des créateurs de rêve en fait. On réalise les fantasmes des gens », a résumé M. de la Seine.