Karl-Emmanuel Villeneuve est déclaré inapte a subir son procès pour une troisième fois.
Karl-Emmanuel Villeneuve est déclaré inapte a subir son procès pour une troisième fois.

Accusé de meurtre prémédité, Karl-Emmanuel Villeneuve déclaré inapte pour la troisième fois

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Pour une troisième fois depuis son arrestation, Karl-Emmanuel Villeneuve, accusé de meurtre prémédité, a été déclaré inapte à subir son procès. Le jeune individu de 22 ans, qui s’est présenté le regard vide, mercredi matin, en salle d’audience du Palais de justice de Chicoutimi, a de nouveau sombré dans un état psychotique, à la prison de Roberval. Le juge de la Cour supérieure, Raymond W. Pronovost, l’a immédiatement déclaré inapte, suivant les recommandations du psychiatre de l’accusé, et a ordonné des soins immédiats.

Karl-Emmanuel Villeneuve est accusé d’avoir tué Alexandre Larouche, le 29 juillet 2018, à Chicoutimi-Nord. La victime a été tirée à bout portant. Villeneuve a été arrêté quelques jours plus tard, dans un appartement du centre-ville de Chicoutimi, et est incarcéré depuis. Il a plaidé non coupable et attendait son procès devant jury, dont la date n’avait toujours pas été fixée. Mais la santé mentale de Villeneuve s’est encore une fois détériorée au cours des dernières semaines. Ce n’est pas la première fois qu’une requête en inaptitude est présentée au tribunal.

En effet, le présumé meurtrier a été déclaré inapte à subir son procès en août 2018, avant d’être déclaré apte le 28 septembre 2018. Après une autre désorganisation en février 2019 à la prison de Roberval, l’accusé a été déclaré inapte par le tribunal à nouveau, avant de redevenir apte en avril.

L’avocat de l’accusé, Me Jean-Marc Fradette, s’est aperçu que son client n’allait pas bien il y a déjà plusieurs semaines. Il a communiqué avec l’infirmerie de la prison, où on lui a dit que tout semblait bien aller. Il faut dire que Villeneuve doit prendre une lourde médication en raison de ses troubles mentaux. 

« J’ai finalement appris que mon client n’avait pas été amené à son rendez-vous en psychiatrie en décembre et qu’il aurait eu des problèmes avec la prise de sa médication. Je me contenterai de dire que le milieu carcéral n’est pas l’endroit idéal pour soigner de graves maladies mentales », a souligné Me Fradette. 

Patience, demande le juge

Mercredi matin, devant une nouvelle requête en inaptitude, le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure, a conseillé au psychiatre traitant et à la défense de faire preuve de patience, avant de demander à ce que l’individu soit de nouveau jugé apte à comparaître. « C’est la troisième fois. Il faut prendre le temps de le soigner. Je demande aux gens d’être patients. Plus on le sort rapidement (de l’hôpital), plus on risque qu’il soit redéclaré inapte », a fait savoir le magistrat. 

Selon le rapport du psychiatre, l’accusé n’a pas consommé de drogue à l’intérieur des murs, ce qui aurait pu expliquer cette détérioration, mais la prise de sa médication pose peut-être problème. Il doit prendre plusieurs cachets par jour, notamment des antipsychotiques. 

À son arrivée au Palais de justice de Chicoutimi, mercredi matin, l’accusé est débarqué du fourgon cellulaire en lançant de larges sourires aux photographes de presse et au caméraman présents. Il semblait s’être dessiné des motifs au visage.

En arrivant en salle de cour, le jeune individu a suivi les directives sans dire un mot. Il regardait le juge, qui était entendu par visioconférence, le regard vide, soupirant à quelques reprises et se frottant les yeux. 

Lors de son dernier passage devant les tribunaux, le 4 décembre dernier, Karl-Emmanuel Villeneuve était davantage en mesure de comprendre ce qui se passait autour de lui. Il avait répondu à son avocat, Me Jean-Marc Fradette, qu’il se sentait « correct », lorsque le criminaliste lui avait demandé de ses nouvelles. 

Karl-Emmanuel Villeneuve attendait toujours la date de son procès devant jury. Il devait être de retour en cour le 8 avril, pour l’ouverture du terme des assises criminelles de l’été. 

Deux ans maximum

Lorsqu’un accusé est déclaré inapte à subir son procès, le tribunal fixe le dossier à deux ans plus tard, maximum. C’est donc dire que Karl-Emmanuel Villeneuve pourrait ne pas revenir en cour avant février 2022. Mais cette date n’est pas coulée dans le béton, puisque lorsque le psychiatre jugera que son patient est de nouveau apte, un avis sera envoyé à la défense, qui pourra ensuite fixer le dossier au rôle criminel de Chicoutimi. D’ailleurs, les deux dernières fois où l’accusé a été jugé inapte, il est revenu devant les tribunaux quelques mois à peine plus tard, apte à subir son procès. 

« Nous nous en remettons aux soins du psychiatre. Nous ne sommes pas des experts. L’avenir nous en dira plus sur la suite des choses », a fait savoir la procureure de Karl-Emmanuel Villeneuve, Me Mélanie Decoste, en remplacement de Me Fradette. 

Questionné à savoir ce qui peut se passer si un accusé n’est jamais redéclaré apte à comparaître, le procureur au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPC), Me Michaël Bourget, a expliqué que le dossier doit justement être réévalué aux deux ans, dans de telles situations. 

« C’est certain qu’on veut que les dossiers avancent, mais c’est impossible de faire un procès avec une personne qui ne comprend pas ce qui se passe. Le Code criminel est clair à ce sujet. On ne peut pas juger un individu qui est déclaré inapte », a expliqué Me Bourget.

Dans de tels cas, l’expiration des délais ne peut pas être évoquée, puisque l’aptitude à comparaître relève de la défense. 

Karl-Emmanuel Villeneuve a été hospitalisé et reste détenu, mais à l’hôpital de Chicoutimi, dans une aile psychiatrique sécurisée.