Le chef de Mashteuiatsh, Clifford Moar, et le grand chef du Grand conseil des Cris, Abel Bosum, se serrent la pince après plusieurs années de tension entre leurs deux communautés.

Accord historique entre Cris et Ilnus

Les nations Ilnue et Crie ont signé une entente bilatérale historique après plus de deux ans de négociations. Les relations entre les deux peuples étaient particulièrement tendues après que Québec et les Cris se soient entendus, en 2015, pour régler sans l’aide des tribunaux un litige lié à des activités de Produits forestiers Résolu dans le Nord québécois.

« Ça me touche d’être ici aujourd’hui, parce que nous avons des liens familiaux qui nous unissent. Plutôt que de parler des choses qui nous divisent, nous souhaitons miser sur ce qui nous tient ensemble », mentionne le grand chef du Grand conseil des Cris, Abel Bosum.

Il était de passage à Mashteuiatsh, jeudi, accompagné de deux autocars remplis de membres de la nation Crie, afin d’officialiser l’accord. Des centaines de personnes se sont déplacées dans les jardins du musée amérindien de Mashteuiatsh pour assister à l’écriture de cette nouvelle page d’histoire, en cette Journée nationale des Autochtones.

Les deux peuples se reconnaissent ainsi une souveraineté mutuelle sur leur territoire respectif. Selon M. Bosum, le conflit entre les Cris et les Ilnus perdurait depuis le milieu des années 1970, époque à laquelle les gouvernements ont commencé à établir les frontières autour de la baie James.

Par ailleurs, l’entente fraîchement signée contient des engagements communs relatifs au développement économique et durable, à l’emploi, à la foresterie et aux activités traditionnelles. Un comité sera mis en place afin d’assurer la mise en place progressive de ces engagements. « C’est vraiment le début d’une relation qui va s’établir à long terme et pour toujours, je l’espère. On veut montrer que cela a porté ses fruits de nous parler seulement entre nous, sans les gens du gouvernement. Je crois que c’est une première, et on en est fiers », lance pour sa part le chef des Pekuakamiulnuatsh de Mashteuiatsh, Clifford Moar.

Ceux-ci espèrent maintenant que Québec et Ottawa reconnaîtront l’accord récemment signé entre leurs deux nations.