Le MTQ confirme que des mesures ont été mises en place au cours des derniers jours. Il a notamment demandé à l’entrepreneur d’installer des glissières de béton pour bien fermer la zone de travaux.

Accident sur le pont Dubuc: le MTQ constate des lacunes de sécurité

Les experts du ministère des Transports ont constaté une lacune de sécurité au niveau de la configuration des accès au chantier du pont Dubuc. Les travaux sont toujours arrêtés, mais se poursuivent à l’entrée et à la sortie de l’infrastructure. Aucune date de retour au travail n’est encore prévue. Cette mesure est rendue nécessaire en raison de l’accident qui a fait le tour du Québec, la semaine dernière, lorsqu’une voiture a été suspendue dans le vide pendant plusieurs minutes.

Mila Roy, porte-parole pour le ministère des Transports du Québec (MTQ), confirme que des mesures ont été mises en place au cours des derniers jours. Le MTQ a notamment demandé à l’entrepreneur d’installer des glissières de béton pour bien fermer la zone de travaux.

« À l’heure actuelle, le ministère est en discussion avec l’entrepreneur du chantier pour décider d’une solution de configuration sécuritaire pour les usagers et les travailleurs. Plusieurs options sont en analyse, notamment l’utilisation de la bretelle d’accès en provenance du boulevard du Saguenay, qui devait être démolie. Toutefois, de façon préventive, les accès au chantier demeureront fermés jusqu’à ce qu’une solution soit retenue et mise en œuvre », a mentionné Mme Roy, lundi en début de soirée.

Du côté de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, le porte-parole David Blouin confirme que des mesures ont été demandées pour assurer la sécurité des travailleurs. Il n’a pas pu donner plus de détails puisque l’enquête se poursuit.

Rappelons que jeudi matin dernier, une voiture a chuté sur les échafaudages situés en contrebas du pont. La septuagénaire, qui était au volant de la berline, s’en est sortie sans blessure, mais avec un choc nerveux.

Les causes de la sortie de route font toujours l’objet d’une enquête.

Au départ, les autorités présumaient qu’un objet sur la chaussée l’aurait fait dévier de sa voie.