Les docteurs Louis Godin (président de la FMOQ) et Olivier Gagnon (président régional) se réjouissent de voir que 93 pour cent de la population régionale compte sur un médecin de famille.

Accès à un médecin: premier rang pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean

Avec 93 pour cent de la population prise en main par un médecin de famille en 2019, le Saguenay–Lac-Saint-Jean arrive au premier rang au Québec. Depuis 2014, 12 pour cent de plus de citoyens ont un accès à un médecin.

Dans le cadre de l’assemblée générale de l’Association des médecins omnipraticiens du Saguenay–Lac-Saint-Jean, les dirigeants ont fait le point sur la situation québécoise et en particulier sur celle de la région.

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le docteur Louis Godin, et le président régional, le docteur Olivier Gagnon (médecin à Chicoutimi), se réjouissent de voir que de plus en plus de Saguenéens et de Jeannois comptent sur un médecin de famille.

« Dans le cadre de notre tournée annuelle, on parle encore de l’accès à un médecin. Ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est que l’on vient dans la région championne alors que 93 pour cent de la population a maintenant un médecin de famille (81 pour cent en 2014). C’est vraiment remarquable lorsqu’on regarde d’où nous sommes partis il y a quelques années », lance le président provincial.

« Et ce travail s’est fait malgré le fait que les médecins ont continué à travailler autant à l’hôpital (situation unique au Canada), à faire fonctionner les salles d’urgence, à hospitaliser les patients et à faire une grande partie des accouchements. On vient parler d’un point positif. Les médecins régionaux ont fait un travail exceptionnel, même s’il manque encore un certain nombre de médecins dans la région », poursuit le docteur Godin.

Au plan régional, les médecins sont fiers de cette statistique fort encourageante. « Je suis fier et nous sommes tous fiers lorsque l’on regarde tous les chiffres », de dire le docteur Gagnon.

Malgré la situation encourageante, environ 7500 citoyens se trouvent sur la liste d’attente. On estime qu’il faudrait 15 médecins supplémentaires pour répondre à la demande.

La formation universitaire du pavillon de Chicoutimi de l’Université de Sherbrooke a probablement aidé au recrutement de médecins pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Retraites

Si la situation ne cesse de s’améliorer depuis quelques années en termes de nombre de médecins, le président de la fédération précise qu’il faut demeurer vigilants, car il est certain que certains docteurs prendront leur retraite.

« Ces médecins ont un grand nombre de patients. Lorsqu’ils vont quitter, il faudra les prendre en charge. Il faut être vigilants et travailler sur des mécanismes pour favoriser le transfert de clientèle, pour que ça se fasse de manière fluide », de dire le docteur Godin.

« Dans les bureaux de médecins, les collègues s’interrogent sur ce qu’ils vont faire, car ils savent qu’un ou deux médecins vont partir pour la retraite. Il faut être à l’affût », ajoute le docteur Olivier Gagnon.

Quant à savoir si cette situation pourrait être corrigée par l’admission d’un plus grand nombre d’étudiants en médecine, le président de la FMOQ croit qu’il faudrait d’abord parvenir à remplir toutes les places disponibles.

Le docteur Godin dénonce que le pouvoir politique a découragé la relève à devenir médecin de famille – 200 places étaient disponibles durant les quatre dernières années, dont 23 l’an passé. Sans cela, plus de postes auraient pu être comblés.